L’appel de la liberté

J’ai récemment commencé un nouvel horaire de travail. Mon employeur appelle ça des semaines comprimées, c’est-à-dire que je fais maintenant 70 heures en neuf jours, plutôt qu’en dix. Ainsi, pour le prix d’un maigre 45 minutes de plus par jour de travail, j’ai un lundi de congé sur deux.

Comment je trouve ça? J’adore!

Et je me demande bien ce qui m’a fait tant hésiter à le demander. C’est quelque chose que j’envisageais depuis plusieurs années, mais qui me semblait inapproprié pour une jeune adulte sans enfant. Je me disais toujours que ça servirait plus à un jeune parent ou à quelqu’un qui se rapproche de la retraite traditionnelle.

Malgré ces drôles de préconceptions, j’en ai fait la demande. Ç’a été accepté immédiatement. Pas plus compliqué que ça.

Ça fait désormais trois mois que j’en profite, et je ne ferais certainement pas marche arrière. En fait, ça m’amène même à réfléchir encore plus aux différentes options que m’amène ma situation financière actuelle.

Mon employeur offre plusieurs autres types d’horaires, vous comprenez. Sans tomber dans la demande extraordinaire, il me serait bien simple de réduire mon horaire à quatre jours par semaine (28 ou 32 heures). Par contre, comparativement à l’horaire que je fais actuellement, cela impliquerait de réduire mes revenus.

Disons que pour le moment, je ne me sens pas prête à prendre une paycut, même de seulement quelques heures par semaine. Non pas parce que j’en ai besoin pour vivre, loin de là. C’est juste qu’avec l’état des marchés actuels, je suis bien heureuse d’avoir 100 % de mon salaire pour en investir autant que possible. Après tout, il n’y a pas de meilleur moment pour être en mode accumulation que lors d’un marché baissier!

N’empêche que les options sont là. Et c’est pas mal agréable d’avoir des options.

L’avantage d’être frugale

Comme mentionné précédemment, mon style de vie plutôt frugal me permettrait sans problème une paycut volontaire. La seule chose qui changerait réellement, c’est mon taux d’épargne.

Concrètement, je n’ai besoin que d’une fraction de mes revenus actuels pour vivre. Comme mon taux d’épargne actuel se situe autour de 65 %, ça revient à dire que je vis seulement sur 35 % de mes revenus nets (soit environ 20 000 $).

D’ailleurs, ça m’a amené à calculer le salaire que je ferais en fonction de différents horaires de travail.

Présentement, avec mon horaire de 35 heures par semaine, je gagne 86 468 $ brut ou 59 720 $ de revenu disponible. J’ai utilisé ce calculateur pour déterminer le revenu disponible. J’y ai déduit le « Montant ponctuel pour le coût de la vie » de 500 $, car il s’agit d’un crédit exceptionnel.

Voilà le même exercice selon différents horaires hypothétiques :

Revenu brut Revenu disponible
4 jours (32 h)                       79 056,00  $                       54 591,00  $
4 jours (28 h)                       69 175,00  $                       47 920,00  $
3 jours (21 h)                       51 881,00  $                       38 130,00  $
2 jours (14 h)                       34 587,00  $                       28 578,00  $
1 jour (7 h)                       17 294,00  $                       20 510,00  $

Quand on prend en considération que je vis déjà avec approximativement 20 000 $ de mes revenus, voilà des résultats bien encourageants. Bien qu’il soit peu probable qu’un travail comme le mien soit faisable en moins de trois voire quatre jours par semaine, il est quand même exaltant de penser que mes besoins financiers sont comblés après une seule journée de travail par semaine.

De façon plus réaliste, j’aurais probablement pas mal de négociation à faire réduire en bas de 28 heures par semaine. Toutefois, les employeurs cherchent tellement de main d’œuvre que je doute que la lutte soit si rude. J’ai d’ailleurs récemment entendu parler d’une employée de mon département qui réduisait son horaire à trois jours pour pouvoir se concentrer sur un projet personnel. C’est donc faisable.

Et mon épanouissement, ça compte comme un projet personnel? Ça devrait. 🙂

Coast FI

Tout ça me ramène un peu au principe du Coast FI. Il s’agit d’un sujet que j’avais déjà abordé dans cet article. Article qui avait d’ailleurs inspiré Retraite 101 à faire le grand saut l’an dernier. 😉

Pour ceux qui ne connaissent pas le concept, Coast FI implique que la valeur de vos placements actuels est suffisante pour financer votre future retraite sans avoir à y contribuer davantage d’ici là. Vous laissez simplement croître votre portefeuille jusqu’au jour où vous désirez tirer la plogue. Entre-temps, vous n’avez qu’à aller chercher un revenu suffisant pour couvrir vos dépenses courantes.

Donc, avec cette logique, je pourrais ne faire qu’un jour de travail à mon taux horaire actuel et je pourrais me considérer Coast FI. Je n’aurais plus à mettre un sou de côté et ma retraite serait quand même acquise pour l’âge vénérable de 45 ans d’après ce calculateur (beaucoup plus simple à utiliser qu’un tableau Excel comme je me faisais avant!).

Quand j’ai fait l’exercice pour la première fois en novembre 2020, j’y parvenais à 54 ans. Il y a tout de même une belle progression malgré l’état des marchés boursiers!

Pour l’instant, j’ai encore pour objectif d’atteindre l’indépendance financière « complète », mais c’est toujours motivant de voir où j’en suis, ma progression et mes options.

Les autres options

D’ailleurs, ça ne s’arrête pas là.

Je pourrais occuper un tout autre emploi beaucoup plus passionnant à temps partiel. Cela impliquerait probablement une baisse de salaire horaire, mais je n’aurais qu’à générer assez de revenus pour couvrir mes dépenses, toujours sous le principe de Coast FI. Dans le marché actuel, je ne crois pas que ce soit quelque chose de bien difficile à obtenir.

Sinon, le télétravail permis par mon employeur offre aussi son lot de possibilités. Ce serait sûrement à négocier, mais de travailler du Québec, ou de travailler de la Floride (par exemple) quelques mois pendant l’hiver, ça ne fait pas vraiment de différence sur la prestation de travail.

L’option de prendre un congé de quelques mois en sans solde est aussi une idée alléchante. Je lis présentement le livre Que reste-t-il de nos voyages? qui raconte les expériences de divers voyageurs québécois à travers le monde, et je dois dire que ça donne envie de s’éclipser dans des contrées lointaines!

D’un côté, je me dis que je pourrai le faire autant que je le désirerai une fois FIRE. De l’autre, je me dis qu’il faut aussi profiter du moment présent et du confort financier déjà acquis, quitte à retarder un peu FIRE. Entre les deux, mon cœur balance.

C’est assez ironique. Mon frère a récemment démissionné impulsivement de son emploi et a pris environ trois mois de congés (à ses frais) pour « décanter ». Trois mois, c’est pas rien! Connaissant ses mauvaises habitudes financières, j’aurais pensé mon frère à quelques semaines de la faillite. Pourtant, il a survécu! Avec combien de dette, je n’en sais rien, mais s’il peut le faire, je serais certainement capable.

J’envie presque son insouciance, car je serais assurément incapable de le faire sans y avoir réfléchi longuement. J’ai beaucoup trop besoin du réconfort de mes calculs avant de me lancer dans quelque chose de ce genre.

Conclusion

Bref, tout ça pour dire que plus on avance sur le chemin vers l’indépendance financière, plus les options s’accumulent. En tout cas, c’est mon impression. Et ce, même si on dirait qu’on fait du surplace dans les marchés depuis le début de l’année!

Pour l’instant, malgré les tentations, je garde le cap et j’apprécie mon nouvel horaire de semaine comprimé. Reste à voir si je me laisserai tenter éventuellement par des heures réduites, un long congé ou toutes autres choses.

Entre-temps, j’apprécie énormément mes longs weekends chaque deux semaines. C’est fou ce qu’une journée de plus m’apporte comme sentiment de liberté. C’est particulièrement agréable maintenant qu’on commence à avoir du beau temps. C’est habituellement l’été que je déplore le plus ma perception de manquer de temps. Après tout, l’été et le beau temps, ça passe très vite au Québec! Je suis contente de pouvoir en profiter un peu plus. 🙂

Et vous, avez-vous envie de vous laisser tenter par un peu plus de liberté et de flexibilité, ou vous gardez le cap?

Au plaisir!

----------------


Merci d'être passé!

Vous pouvez encourager ce blogue en utilisant un de mes liens affiliés ou codes de référence sur différents produits que je vous recommande.

Notamment, Shakepay est le moyen le plus simple pour les Canadiens d’acheter et de vendre des Bitcoins. Cliquez sur mon lien de parrainage pour ouvrir un compte et nous recevrons tous les deux 30 $ lorsque vous achèterez pour 100 $ de cryptomonnaie.

Également, Newton est une plateforme d'échange de cryptomonnaie qui offre aux utilisateurs un moyen simple et sûr d'acheter et de vendre des Bitcoin, Ethereum, Cardano, Litecoin, Polkadot, Uniswap et plus encore! Cliquez sur mon lien de parrainage pour ouvrir un compte et nous recevrons tous les deux 25 $ lorsque vous achèterez pour 100 $ de cryptomonnaie.

Finalement, Fizz offre des forfaits mobiles et internet résidentiel à des prix alléchants. À l'abonnement, entrez le code de référence N5MMB et nous obtiendrons tous les deux 50 $ (promo en vigueur jusqu'au 12 juillet 2022).

Merci pour votre support!

5 Comments

  1. Super intéressant. Honnêtement, ça fait des années que j’y pense mais jai toujours hésité à cause de la peur de la journée de moins pour faire les tâches. On a beau avoir plus d’heures dans les autres journées, on a comme l’impression d’avoir moins de temps pareil. Une journée de moins de présence pour recevoir les courriels, traiter les urgences… Ça rend le retour un peu stressant.

    Et comme je viens de changer d’emploi et étant en phase d’apprentissage, je me sentirais un peu plus mal de demander ça. Ça faisait 10 ans que j’avais le même emploi et ça a été très dur de me décider. Mais maintenant que c’est fait, je vois un monde de possibilités!

    Comme toi, je regarde mes options (trouver un emploi à temps partiel), mais comme je suis au gouvernement, et qu’il me reste 4-5 ans à accumuler, je pense peut-être plus changer d’emploi au 1 an / 1 an et demi. Tellement plaisant d’apprendre du nouveau et de ne pas accumuler le stress des mêmes dossiers pendant des années!

    Bonne chance pour trouver ce qui te convient! Mais je te comprends, notre argent nous amène une liberté mais nous coince un peu en même temps. On veut continuer à accumuler pour atteindre la liberté financière au plus vite, donc la perspective de réduire notre salaire nous terrifie. En tout cas, c’est comme ça pour moi.

    • Merci pour le commentaire!

      J’aime l’idée de changer d’emploi régulièrement afin d’éviter la lourdeur des dossiers de longues dates et pour voir du nouveau régulièrement! Ça évite de tomber dans la routine plate et de s’encrasser en attendant de partir. 🙂

      Et oui, tu dis très vrai. Réduire notre salaire est effrayant, même si on n’en dépend pas du tout à 100 %. Imagine quand nous en serons à l’étape de décaisser! Ça va prendre une petite période d’adaptation. 😉

      • Ouf! Je n’ose même pas y penser 😂. Mais j’ose croire que d’avoir atteint l’objectif va réduire la peur! On verra bien!

        Merci pour ta réponse!

  2. tres bon article,a ta place je pense que je pouraius me permettre a 4 jour a 8hrs par jour ca paraitrais pas trop et tu aurais 1 journé de congé de plus par semaine au lieu de l’avoir au 2 semaines pour seulement 15 min de plus par jour a comparé de ce que tu fais déja.Moi j’ai pas le choix c’est des 10 ou 12 hre par jour sur4 ou3 jour /semaine mais travailler le vendredi,samedi et dimanche c’est moins interessant et 12 hre /jour c’est vraiement long et tres fatiguant.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.