Bonjour!

Pour ceux qui avaient pris connaissance de mon bilan mensuel de septembre, vous êtes déjà au courant que j’ai fait un petit voyage en Italie pendant mes vacances! Plus précisément, j’ai partagé mon séjour entre Rome et Florence. On ne parle donc pas de la petite campagne, mais bien des villes assez touristiques!

Bien que j’aie dû faire les réservations à la dernière minute après l’annulation de mon voyage à Hawaï, je crois avoir réussi à voyager sans que ça me coute un bras et une jambe. En effet, ce voyage m’a couté un total de 2 222,21 $ pour dix jours passés en Italie. Je dois préciser que j’étais réellement partie pendant onze jours, puisque la première journée (et nuit) était entièrement occupée par les vols et connexions d’aller.

Voyons maintenant ce que comprend concrètement cette somme et quelles sont les stratégies que j’ai appliquées pour y parvenir, ainsi que ce que j’aurais pu faire de mieux encore.

Sachez que tous les chiffres que je partage représentent uniquement ma part des dépenses, une fois divisée avec ma sœur, lorsqu’applicable.

Total

Comme précédemment mentionné, le voyage m’a couté 2 222,21 $. Dans cette somme, j’inclus vraiment tous les frais en lien avec mon voyage, tel que les tests Covid, les achats de pharmacie de dernière minute, les cadeaux et souvenirs, etc.

Cette somme revient donc à un coût de 202,02 $ par jour.

Comprenons qu’à ce prix, je n’ai clairement pas fait un voyage packsac en auberge de jeunesse ou du couch surfing. Cependant, je n’ai pas couché au Ritz non plus. Je crois avoir fait certains choix judicieux qui m’ont permis d’atteindre un niveau de dépenses respectables pour un voyage dans des villes d’Europe où le coût de la vie est assez élevé!

Avant de décortiquer chaque catégorie, voyons sommairement comment les dépenses se répartissent entre elles :

Vu de cette façon, il est assez facile de voir où il y aurait eu matière à optimisation!

Vol

Commençons donc par le plus gros morceau, c’est-à-dire mon vol à 1 065,43 $ acheté une dizaine de jours avant le départ. Comme c’était une réservation de dernière minute, les prix étaient fort probablement gonflés, et j’en suis bien consciente.

L’option alternative aurait été d’utiliser mes points Aéroplan. Cela m’en aurait couté entre 65 000 et 70 000 points, en plus d’autour de 150 $ en taxes. Toutefois, il ne s’agit vraiment pas de la meilleure utilisation de ces points. Il est préférable de s’en servir en Amérique, ou on obtient une meilleure valorisation. J’ai donc préféré les garder pour une autre réservation dans le futur.

De plus, comme j’avais déjà reçu le remboursement de mon vol pour Hawaï à la fin août, ça ne me dérangeait pas d’utiliser cette somme pour payer le vol pour Rome en argent.

Ainsi, cette dépense représente 47,9 % de mon voyage. Ce n’est pas rien! Le vol à lui seul revient à une dépense quotidienne de 96,86 $. Comme quoi la meilleure façon de rentabiliser un vol, c’est de partir plus longtemps. 😉

Hébergement

Ensuite, parlons hébergement. Autant dans notre quotidien, qu’en voyage, il s’agit souvent d’un gros morceau du budget.

Comme j’ai déjà mentionné sur ce blogue, j’ai une grande préférence pour les Airbnb pour voyager. En plus d’être beaucoup plus abordable que l’hôtel, ça permet d’avoir accès à beaucoup plus de commodité comme une cuisine fonctionnelle, laveuse & sécheuse, etc.

Ainsi, ce fut notre choix pour l’hébergement en Italie. Après avoir réduit la facture de 457,39 $ grâce aux Points-Privilèges accumulés sur ma carte Cobalt American Express, ma sœur et moi avons déboursé 349,51 $ chaque pour un total de neuf nuits. Ça revient donc à 38,83 $ la nuit.

Il y aurait bien sûr eu des choix encore plus économiques, comme les auberges de jeunesse ou le house sitting. Toutefois, pour nos préférences et le court délai que nous avions, cela revenait la meilleure option pour nous. Je suis tout de même très satisfaite d’avoir au moins pu réduire la facture avec des points!

Cette dépense représente ainsi environ 15,7 % du coût total du voyage.

Nourriture

Par la suite, on retrouve les dépenses de nourritures en troisième position. Voilà un poste budgétaire sur lequel il est facile de perdre le contrôle, pour plusieurs!

Personnellement, je vais déjà très peu dans les restaurants au Québec, car je trouve les prix aberrants. En voyage, je me laisse tenter, car, bien sûr, ça fait partie de l’expérience! Toutefois, j’essaye de doser, et je fais des choix judicieux sur le menu.

Ainsi, j’ai été sept fois au restaurant sur les onze jours de voyage, pour un total de 172,59 $.

J’ai par contre arrêté à plusieurs reprises dans des Caffè pour un délicieux Espresso, pour un total de 18,87 $.

Finalement, nous avions bien sûr fait quelques achats d’épicerie (et d’alcool) pour manger (et boire) au logement, pour un total de 109,32 $.

Donc, on parle d’un grand total de 300,78 $ pour se nourrir et prendre un verre (ou deux) tout au long de notre voyage.

Si on met les choses en perspective : ça ne me coute rarement plus de 200 $ par mois d’épicerie, et je ne vais presque jamais au restaurant! Toutefois, dans un contexte de voyage, c’est tout de même respectable comme somme.

Ainsi, ce poste budgétaire représente 13,5 % de mes dépenses totales de voyage.

Tests Covid

À mon grand désarroi, la quatrième position appartient aux nombreux tests Covid obligatoires en temps de pandémie. Pour ceux qui ne le savent pas, ceux-ci peuvent s’avérer assez onéreux, puisqu’ils ne sont pas couverts par la RAMQ. C’est sans compter que j’ai dû passer quatre tests au total, dans le cadre de mon voyage. Nous en avons payé trois de notre poche. Le dernier était un test aléatoire au retour, heureusement pas à nos frais.

Au total, après avoir réduit la facture de 39,71 $ encore une fois grâce à ma carte Cobalt American Express, j’ai payé 211,76 $ pour trois tests.

Bref, c’est la réalité d’aujourd’hui pour voyager. Oui, on peut voyager. Mais ça a son prix. Je ne m’en plaindrai pas, puisque c’était mon choix de partir quand même. J’ai toutefois hâte que ce soit chose du passé. 🙂

De plus, si j’étais partie juste quelques semaines plus tôt, je n’aurais pas eu besoin de test pour entrer en Italie. Comme quoi les règles changent constamment et très rapidement.

Alors, les tests à eux seuls accaparent 9,5 % de mes dépenses de voyage. Incroyable!

Activités

Ensuite, on retrouve les activités, bien sûr! Rome et Florence sont des villes très touristiques qui regorgent de belles choses à voir et à visiter. Nous avons dû faire des choix judicieux, puisque leurs attraits sont majoritairement assez couteux.

Tout de même, nous avons pu visiter le Colisée, explorer les ruines du mont Palatin et du forum Romain, admirer les expositions des musées du Vatican et la magnifique chapèle Sistine, se promener dans les jardins de Boboli et contempler l’incroyable sculpture du David de Michel-Ange.

Pour tout ça, j’ai déboursé un total de 114,19 $.

Nous avons pu admirer plein d’autres choses époustouflantes sans que ce soit payant, tel que la Cathédrale Santa Maria del Fiore et son impressionnant dôme, la fontaine de Trévi, le panthéon, Piazza Navona, le parc des Cascine, Piazzale Michelangelo, l’Arc de Constantin, et j’en passe.

Bref, nous sommes revenus de voyage la tête pleine de beaux souvenirs sans que ça nous ait couté un bras.

En effet, ça ne représente que 5,1 % des dépenses totales!

Transport

J’avoue être assez fière de ce poste de dépenses. Initialement, pour Hawaï, je jugeais que la voiture de la location était un no brainer. Sur Big Island, le transport en commun n’est pas optimal et il y a beaucoup de surface à explorer. On se retrouvait donc avec des dépenses de transport qui s’annonçait assez élevé, puisque la voiture de location est rarement le choix le plus économique.

Pour l’Italie, c’était tout autre chose. Comme on faisait deux villes très touristiques, on a préféré opter pour le transport en commun qui est très bien développé. En effet, on a pu utiliser le métro, le bus, le tramway et le train. Bien sûr, quand les distances étaient raisonnables, on utilisait aussi nos pieds. On faisait facilement entre 15 000 et 20 000 pas dans une journée, tout de même! Pour le transport entre Rome et Florence, on a opté pour l’autobus. Un billet aller-retour à 25 euros, on aime ça!

Ça m’a donc couté un total de 82,98 $ pour me déplacer. Pas mal! Il s’agit donc d’un maigre 3,7 % du total.

Je n’ose même pas imaginer combien ça m’en aurait couté avec une voiture de location! Surtout que voiture rime avec coûts de stationnement et essence.

Cadeaux

Bien sûr, on ne peut pas aller dans un pays comme l’Italie sans rapporter quelques petits trucs pour nos proches! Bien que je ne sois pas du genre à acheter des babioles dans les petits kiosques touristiques, j’ai quand même fait quelques achats bien pensés pour faire plaisir à mon monde.

Ça représente un total de 79,73 $, ou 3,6 % des dépenses totales.

Autres

Finalement, j’ai rassemblé ici les quelques dépenses diverses qui n’avaient pas vraiment de catégorie à proprement parler. Ainsi, on y retrouve 11,50 $ pour avoir accès à 2 go de données en Italie avec Fizz. Seigneur, je me souviens d’une époque ou ça pouvait couter plus de 100 $! Ensuite, un maigre 6,33 $ pour quelques produits de pharmacie avant le départ.

C’est tout!

Eh non, pas de dépenses d’assurance voyage, puisque mon assurance collective et mes différentes cartes de crédit comblent amplement ce besoin. Je n’ai pas eu de frais de bagages non plus, car j’ai fait le choix de voyager léger avec un bagage à main seulement. On m’a fait un lift jusqu’à l’aéroport ainsi que pour le retour, alors pas de stationnement à payer non plus. 🙂

Alors pour une catégorie fourre-tout, c’est respectable, puisque ça ne représente que 0,8 % du voyage.

Dispendieux, ou pas?

Je me suis amusée à faire quelques calculs pour voir le coût annuel de vivre en Italie à partir de mes chiffres.

Si on reprend mon 2 222,21 $ de dépenses sur 11 jours, c’est 73 736,97 $ annualisé. Bien sûr, ce n’est pas vraiment représentatif, puisque le vol est inclus, et je ne prendrais pas nécessairement l’avion tous les onze jours. Alors si on enlève le vol, ça revient à 1 156,78 $ de dépenses totales, ou 38 384,06 $ annualisé.

Bien que ce soit bien plus de deux fois mes dépenses annuelles au Québec, c’est quand même bien moins pire qu’on pourrait penser pour de telles villes d’Europe! D’autant plus que ces chiffres ne sont aucunement optimisés, et ne profitent pas de l’économie d’échelle d’un voyage à plus long terme.

Je réalise donc qu’en appliquant de bonnes stratégies et en ayant de bonnes habitudes financières, il est possible de bien vivre un peu n’importe où, même dans des pays ou le coût de la vie est un peu plus élevé.

Vivement l’économie d’échelle

Quand on inclut le coût du billet d’avion, on remarque qu’il est difficile de voyager sur une courte période et d’avoir un coût journalier moyen décent. Après tout, le coût du vol représente pratiquement la moitié du coût total du voyage!

Toutefois, si j’étais partie un mois, le vol aurait couté relativement le même prix. On amortit donc la somme sur trente jours au lieu de onze. Ça revient nécessairement moins cher la journée!

De plus, les réservations de Airbnb long terme (trente jours et plus) offrent habituellement d’intéressant rabais. Cela peut revenir assez avantageux. Ce n’est vraiment pas à coup de réservation de 4-5 jours qu’on en profite.

Aussi, à voyager plus lentement et longtemps, on prend plus le temps de se faire une vraie épicerie et de se faire à manger au logement. On espace un peu plus les activités, puisqu’on à le temps de le faire. On sent moins le besoin de tout faire la même journée.

Bref, quand j’aurai plus de liberté, je suis persuadée que mes dépenses journalières en voyage seront revues à la baisse. Malheureusement, en étant toujours captive du 9 à 5, je dois me contenter des quelques semaines de vacances que j’ai à ma disposition pour voyager.

What’s next?

Vous le savez déjà. Hawaï est définitivement une de mes prochaines destinations.  Est-ce que ce sera mon prochain voyage? Le futur nous le dira. J’ai plein d’autres idées en tête et je choisirai en fonction des différentes circonstances du moment. Avec la pandémie, les différentes restrictions partout dans le monde et les différents niveaux de cas, ça fait beaucoup de choses à surveiller avant de choisir sa destination présentement.

Heureusement, ça commence à être prometteur pour les voyages futurs. En effet, le gouvernement fédéral a retiré très récemment l’avertissement d’éviter les voyages non essentiels qui étaient en vigueur depuis maintenant un an et demi. C’est sans oublier que les frontières terrestres américano-canadiennes rouvrent également très bientôt. Ça ouvre des possibilités!

Disons que le jour où le Canada cessera d’exiger un test PCR très onéreux au retour, il faudra m’attacher pour m’empêcher de partir. J’ai beaucoup de points et miles de voyage qui n’attendent que d’être dépensés! 🙂

Et vous? Avez-vous voyagé dernièrement malgré la pandémie? Ou bien attendez-vous le bon moment pour partir? N’hésitez pas à me partager vos destinations, ainsi que vos stratégies pour réduire les coûts!

Au plaisir.

----------------


Merci d'être passé!

Vous pouvez encourager ce blogue en utilisant un de mes liens affiliés ou codes de référence sur différents produits que je vous recommande.

Notamment, Shakepay est le moyen le plus simple pour les Canadiens d’acheter et de vendre des Bitcoins. Cliquez sur mon lien de parrainage pour ouvrir un compte et nous recevrons tous les deux 30 $ lorsque vous achèterez pour 100 $ de cryptomonnaie.

Également, Newton est une plateforme d'échange de cryptomonnaie qui offre aux utilisateurs un moyen simple et sûr d'acheter et de vendre des Bitcoin, Ethereum, Cardano, Litecoin, Polkadot, Uniswap et plus encore! Cliquez sur mon lien de parrainage pour ouvrir un compte et nous recevrons tous les deux 25 $ lorsque vous achèterez pour 100 $ de cryptomonnaie.

Finalement, Fizz offre des forfaits mobiles et internet résidentiel à des prix alléchants. À l'abonnement, entrez le code de référence N5MMB et nous obtiendrons tous les deux 50 $ (promo en vigueur jusqu'au 12 juillet 2022).

Merci pour votre support!