En route vers l’indépendance financière

Pourquoi l’indépendance financière, me demanderez-vous. Je vous répondrai : pourquoi pas? Ça vous plaît, vous, de travailler comme un défoncé toute l’année pour réussir à se permettre quelques semaines de vacances? De passer lesdites vacances brûlés, incapable de décrocher? D’essayer de tout faire ce qu’on aimerait faire dans cette période ridiculement courte de répit pour ensuite retourner au bureau, brûlé… de nos vacances? Et puis là, on fait quoi? On recommence! Rinse and repeat jusqu’à 65 ans!

Ça vous plaît de dépendre d’un employeur pour payer les factures? Factures qui, souvent, sont directement liées avec les coûts engendrés par le travail? On paye la voiture, l’essence, les assurances, l’entretien, pour se rendre au boulot. On achète des vêtements propres pour avoir l’air professionnel (oui, oui, même par vidéoconférence!) On se paye une maison ou un appartement près de son lieu de travail pour sauver du temps, mais ça coûte plus cher. Ou bien on déménage plus loin pour sauver de l’argent, mais on perd du temps dans le trafic (et on dira ce que voudra : le temps, c’est de l’argent!).

Dites-moi sérieusement que c’est la vie de rêve.

Choisis un travail que tu aimes, et tu n’auras pas à travailler un seul jour dans ta vie.

Yeah, right. C’est une ben belle phrase, mais c’est loin d’être pratique d’un point de vue financier. En faisant ce qu’on aime, c’est pas toujours évident de subvenir à ses besoins, présents comme futurs, et de s’assurer un avenir confortable. À titre d’exemple, j’adore tricoter. Cependant, je sais pertinemment que si j’échangeais mon travail actuel d’analyste en assurance de personne pour m’ouvrir une boutique Etsy et y vendre mes pantoufles en phentex, je n’aurais pas le même confort financier. Du moins, pas en faisant les choses dans cet ordre.

Bien sûr, on aspire tous à l’indépendance financière d’une façon ou d’une autre. Par contre, celle que je vise ne se produira pas dans 35 ans. En fait, il est plus possible que ça se concrétise à 35 ans. À ce moment-là, une fois mon avenir financier bien en main et assuré, je les tricoterai mes pantoufles en phentex.

Utopique, me direz-vous? Alors que faire pour atteindre cet objectif qui paraît inatteignable pour la majorité des gens? Que faire pour quitter le 9 à 5, la rat race, pour pouvoir profiter de la vie et s’épanouir pleinement?

Suivre les étapes

Voici une approche très vulgarisée, mais qui résume l’essentiel :

  1. Réduire ses dépenses
  2. Augmenter ses revenus
  3. Épargner la différence
  4. Investir son épargne
  5. Vivre de ses revenus passifs

De bien meilleurs vulgarisateurs que moi ont expliqué (et appliqué avec succès!) ces principes de bases.

Notamment, un segment récent dans L’indice McSween touchait au sujet. Vous pouvez visionner le segment ici. Pierre-Yves McSween a également écrit un livre sur le sujet, Liberté 45, qui sera en vente à compter du 7 octobre 2020. J’ai particulièrement hâte d’avoir son point de vue de CPA (québécois, qui plus est) sur le sujet. Cela s’annonce enrichissant!

Suivre l’exemple

De plus, je vous recommande fortement de lire les ouvrages suivants :

À mes yeux, il s’agit des ouvrages les plus complets sur le sujet. Toutefois, il existe bien sûr plusieurs autres livres intéressants et pertinents que je vous recommande ici. Dans une optique frugale, je vous recommande fortement de vous les procurer à votre bibliothèque la plus proche. 🙂

Je porte votre attention particulièrement sur le premier ouvrage de la liste. Dire qu’il y a quelques semaines à peine, je n’aurais même pas pu vous recommander d’ouvrage québécois sur le sujet. Heureusement, depuis le 16 septembre, nous avons maintenant notre propre référence québécoise sur l’indépendance financière et la retraite précoce (ou connu en anglais pour Fire Independence Retire Early). Merci, Jean-Sébastien, de nous partager ton parcours vers la retraite à l’âge vénérable de 39 ans! 😉

C’est par ici pour un petit extrait de l’introduction de son livre. De quoi faire rêver, n’est-ce pas? Certes, Jean-Sébastien n’a pas réinventé la roue. Il a appliqué les bons principes avec une discipline de fer et est parvenu à ses fins. Ce que je trouve particulièrement captivant, c’est de voir quelqu’un de chez nous y parvenir. Comme quoi, ça n’arrive pas juste aux autres.

Mais c’est bien beau, des étapes à suivre, mais ça ressemble à quoi, concrètement? Comment est-ce que les étapes mentionnées ci-haut peuvent réellement amener quelqu’un à l’indépendance financière à un si jeune âge?

L’objectif de ce blogue

Je tâcherai de vous donner des exemples concrets sur comment j’applique ces étapes à ma situation personnelle dans une série de prochains billets. Le processus s’est fait graduellement dans les trois dernières années et demeure un work in progress. Comme dirait ma tante : « on a toute une vie pour travailler sur soi ». Cependant, je suis les principes de base avec discipline et je cherche toujours à faire plus ou mieux, toujours dans le but de me rapprocher de mon objectif.

Dans les prochains billets sur le sujet, j’inclurai, bien évidemment, les chiffres qui s’y rattachent, afin que vous puissiez voir concrètement l’impact que peuvent avoir les différentes étapes vers l’indépendance financière.

Et vous? Y avez-vous déjà réfléchi à l’indépendance financière avant l’âge « normal » de la retraite? J’imagine que si vous êtes tombé sur mon blogue, ce n’est pas pour rien. Le début d’une réflexion, tout du moins, doit commencer à montrer le bout de son nez. Si c’est bien le cas, je vous invite fortement à rester à l’affût pour mes prochains billets. Peut-être ceux-ci vous inciteront à faire quelques calculs, quelques changements… pour réaliser que l’indépendance financière est plus à votre portée que vous le pensiez.

Comme toujours, n’hésitez pas à me laisser un commentaire. Il me fera plaisir d’échanger avec des personnes qui partagent mon intérêt pour les finances personnelles et l’indépendance financière.

Au plaisir!

----------------


Merci d'être passé! N'hésitez pas à me laisser un commentaire. 🙂

Vous pouvez également encourager ce blogue en utilisant un de mes liens affiliés ou codes de référence sur différents produits que je vous recommande.

Merci de me soutenir!

2 Comments

  1. Moi c’est tardivement que j’ai découvert le mouvement FIRE. Si tout fonctionne comme je le planifie, je pourrai me retirer à 60 ans (dans 8 ans), pas extraordinaire, mais ça sera toujours 5 années de gagnées! J’applique tout simplement la recette déjà connue de surveiller/réduire les dépenses, d’épargner et d’investir passivement dans des FNB. Rien de sorcier, mais il faut tout de même avoir un peu de discipline et aussi avoir foi dans la progression continue des indices boursiers à long terme.
    Bonne arrivée dans la blogosphère financière québécoise!

    • Il n’y a pas d’âge pour reprendre sa situation financière en main! 🙂 Bravo pour votre plan déjà bien en place pour atteindre votre objectif. Qui sait, peut-être y parviendrez-vous même plus rapidement que prévu? Ça semble être la tendance. Je crois qu’on a tous tendance à faire des projections un peu trop conservatrices.

      Merci d’avoir pris la peine de laisser un commentaire!

      Longue épargne et prospérité. 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *