Page 2 of 6

Bilan de l’année 2021

Qui dit nouvelle année, dit bilan de l’année précédente. 🙂

Vous en aurez vu passer quelques-uns dans les derniers jours sur la blogosphère, mais permettez-moi d’y participer également. Après tout, j’aime beaucoup trop les chiffres et les tableaux Excel pour les garder pour moi.

Pour ceux qui me suivent depuis toujours et qui ont pris connaissance de mes bilans mensuels de la dernière année, rien ne devrait réellement vous surprendre. Toutefois, c’est réellement satisfaisant (et surprenant!) de prendre un pas de recul et de voir la progression à plus grande échelle.

Le chemin vers l’indépendance financière peut paraître bien long et ardu, voire ennuyeux. Par contre, quand on regarde tout le chemin déjà fait, c’est bien encourageant. On est tous partis de quelque part, après tout!

Alors, comment a été mon année 2021 d’un point de vue financier?

Valeur nette

Considérant l’existence de la page à cet effet, ma valeur nette ne sera pas une grande primeur. Je vais tout de même réitérer ma valeur nette en date du 31 décembre 2021 qui s’établissait à 180 135 $.

On parle donc d’une augmentation de 62 330 $ ou 53 % depuis le 31 décembre 2020. 🙂

Celle-ci a pu augmenter de façon aussi substantielle grâce à une épargne massive, d’excellents rendements et le remboursement de ma dette automobile.

Portefeuille

D’ailleurs, simplement au niveau de mes actifs, il y a une augmentation de 53 884 $ ou 43 %. D’ailleurs, d’après mon abonnement sur  Passiv, environ 21 % sont attribuables au rendement moyen sur mes placements. 🙂

Sachez que j’avais fait environ 27 % en 2020. J’avais particulièrement investi pendant le Covid crash en mars et ça m’avait clairement profité. Malheureusement, on ne peut pas s’attendre à ce type de rendements à l’infini! En attendant de voir ce que 2022 nous réserve, célébrons ces bons coups.

Voici plus précisément les différentes variations d’un compte à l’autre entre le 31 décembre 2020 et le 31 décembre 2021 ainsi que quelques explications.

2020 2021 Variation
Argent comptant 1 624 $ 23 903 $ + 22 279 $
CELI 29 608 $ 70 149 $ + 40 541 $
CRI 43 118 $ 51 581 $ + 8 463 $
REER 52 858 $ 25 996 $ – 26 862 $
Crypto 0 $ 7 839 $ + 7 839 $
Total + 52 260 $

Argent comptant

Comme j’expliquais dans le bilan mensuel de décembre, j’ai dû faire un retrait de mon CELI avant la fin de l’année en prévision de l’achat du quintuplex à venir en février. Voilà pourquoi j’ai une aussi grande quantité d’argent comptant, ce qui n’est pas du tout dans mes habitudes.

D’ici à ce qu’on passe chez le notaire, je considère encore cette somme comme faisant partie de mon portefeuille, car elle sera réinvestie si l’achat du bloc ne se concrétise pas.

CELI

Voilà clairement la plus belle augmentation de tout ce bilan! Sans compter le rendement (23 %) , j’ai cotisé 49 750 $ au CELI en 2021. De ce montant, 24 600 $ venait de mon épargne personnelle, alors que le 25 150 $ restant provenait des sommes retirées de mes REER dans le cadre du RAP pour l’achat de ma maison en octobre.

J’ai dû retirer 20 000 $ pour la mise de fonds en décembre, mais je termine quand même l’année avec une belle somme, ainsi qu’encore 26 300 $ de cotisations à faire!

Je suis heureuse de constater que ça a été profitable en 2021 de passer de XEQT vers ZGQ pour le CELI, sans oublier de l’ajout des FNB de crypto.

CRI

Petit train va loin! Rappelons-nous qu’il n’est pas possible de cotiser à un CRI. Alors, il n’y a que le rendement (19 %) et les dividendes réinvestis qui l’a fait bouger. Je suis d’ailleurs en voie de doubler la somme initiale (29 826 $ en novembre 2018) en quatre ans. 🙂

REER

Les changements au REER cette année s’expliquent uniquement par le retrait de 35 000 $ que j’ai fait dans le cadre du RAP, le rendement (19 %) et les dividendes réinvestis, comme pour le CRI. Je n’y ai volontairement pas cotisé cette année.

Crypto

On peut dire qu’il y a eu un gros changement ici aussi, puisque je ne détenais pas de cryptomonnaie avant janvier 2021! J’ai acheté pour 4 925 $ de cryptomonnaie de ma poche. Je n’ai peut-être pas de Lamborghini, mais je suis contente de mon petit butin. Je compte d’ailleurs continuer d’en acheter sur une base régulière, beau temps mauvais temps.

Dividendes

Bien que mon style d’investissement ne soit pas axé sur les dividendes, les FNB que je détiens en versent tous un certain nombre. Ce n’est rien de bien hallucinant, mais j’ai tout de même reçu 1 884 $ en dividendes en 2021. En comparaison, j’avais reçu 1 200 $ en 2020. La différence n’est pas énorme, malgré une bonne augmentation de mon portefeuille. Cela s’explique par les changements de FNB que j’ai fait au courant de l’année. Notamment, ZGQ verse beaucoup moins de dividendes que XEQT.

Bien sûr, ces sommes ont tous été réinvestis.

Dépenses

C’est la première fois que j’ai suivi mes dépenses pendant une année complète de janvier à décembre. Ce fut donc bien intéressant et révélateur d’en faire le bilan. Tout d’abord, allons-y avec le total par mois :

Mois Total
Janvier 2 396,83 $
Février 2 315,94 $
Mars 1 887,18 $
Avril 4 838,94 $
Mai 1 930,94 $
Juin 2 602,37 $
Juillet 2 451,35 $
Août 4 765,88 $
Septembre 2 729,92 $
Octobre 2 435,17 $
Novembre 1 554,22 $
Decembre 1 715,73 $
Total 31 624,45 $

On se trouve bien loin de la cible frugale (à mes yeux du moins). Toutefois, de grosses sommes ne reviendront jamais, telles que 2 990 $ pour ma chirurgie de correction de la vue et 9 404,53 $ en paiement de voiture, maintenant que celle-ci est complètement payée.

Alors, sans ces sommes, on parle plutôt de 19 229,92 $ en dépenses pour 2021. Ça me donne une meilleure idée comme ça!

Faisons maintenant au moins le détail des trois plus gros postes de dépenses qui représentent à eux seuls 72 % de mes dépenses! Ceux-ci ne vous surprendront guère.

Transport : 11 033,76 $

J’inclus ici les remboursements du prêt automobile (9 404,53 $), l’essence (735,04 $), les assurances (526,84 $), l’entretien (188,41 $), les frais de stationnement (12,00 $), le permis (87,94 $) et même une amende (79,00 $).

Habitation : 8 948,84 $

J’inclus ici mon loyer (6 000 $), mon hypothèque (338,91 $), les frais de clôture lors de l’achat de ma maison (926,80 $), certains meubles (250,65 $), les assurances (244,90 $), l’internet résidentiel (323,70 $), l’électricité (327,98 $) et de l’entretien (535,90 $).

Nourriture : 2 978,26 $

J’inclus ici l’épicerie (2 579,32 $), les restaurants (202,22 $) et l’alcool (196,72 $).

Optimisation à venir

Quand des gens de mon entourage me disent ne pas arriver à la fin du mois, mais ne pas savoir où couper, je me gratte la tête.

Car même si je suis assez frugale, je sais cibler encore facilement où il y a matière à optimisation. Notamment, il faut s’attaquer aux grosses catégories.

Par exemple, je quitterai mon logement cette année, qui me coûte présentement 502,50 $ par mois. Par la suite, je partagerai mon temps entre ma maison et chez M. Slap, à qui je verserai un loyer probablement autour de 350 $ par mois. Je récupérerai donc 152,50 $ par mois juste pour ce poste de dépenses. Annuellement, c’est quand même 1 830 $!

Ensuite, M. Slap et moi parlons déjà de la possibilité de se débrouiller avec une voiture plutôt que deux. Tous les deux ayant la possibilité de faire du télétravail, il nous semble superflu d’avoir deux voitures. Nous sommes donc en réflexion à ce sujet.

Revenu

Ensuite, d’après mon dernier bordereau de paye, j’ai terminé l’année avec un revenu d’emploi brut de 86 177,96 $. En comparaison, j’avais terminé l’année 2019 avec 78 050 $. On parle donc d’une augmentation de 10 %. Il faut dire que j’avais aussi eu 27 payes en 2020, au lieu de 26.

Plus concrètement, j’ai fini l’année avec un salaire horaire de 46,13 $ comparativement à 2020 où j’en gagnais 39,11 $. On parle donc d’une augmentation de 18 % de mon taux horaire. Hourra!

Pour les revenus de blogue, j’en ferai le détail plus loin. Car oui, surprise, il y en a! 😉

Épargne

Je suis très satisfaite d’avoir battu mon taux d’épargne de 2020 (50 %) qui était déjà plus que respectable. En effet, j’ai épargné 29 525 $, ce qui porte mon taux d’épargne à 55 %!

Comme je l’expliquais ici, je préfère utiliser une formule très simple, soit :

(Somme épargnée / revenu net) * 100

Comme le laisse entendre la formule, il s’agit ici de mon épargne personnelle uniquement. Ceci n’inclut pas les cotisations à mon régime de retraite ou le remboursement de capital sur ma maison.

En 2022, je vise à épargner 33 000 $, soit un taux d’épargne approximatif de 65 % de mon salaire net actuel. Je compte donc continuer la progression des dernières années :

  • 2019 : 27 %
  • 2020 : 50 %
  • 2021 : 55 %

Comme quoi, quand on augmente les revenus et qu’on réduit les dépenses, ça ne peut qu’aller en s’améliorant. 🙂

Calcul alternatif

Bien sûr, si je veux des chiffres encore plus hallucinants, je vais à nouveau utiliser la formule de calcul employée par Retraite 101. Vous retrouverez la formule en question dans son article. Entre autres, celle-ci comptabilise les contributions au régime de retraite, en plus de celles de l’employeur, ainsi que le remboursement de capital. Nécessairement, ça gonfle le chiffre, mais M. Slap dirait plutôt qu’il s’agit là de mon réel taux d’épargne. 😉

Alors, en employant cette formule, j’obtiens 64 %. Ça fait tout de même une bonne différence.

Régime de retraite à prestations déterminées

J’en fais rarement mention puisque cet argent ne m’appartient pas concrètement (pour le moment), mais à titre informatif, j’estime la valeur de mon RRPD à environ 38 500 $.

Pourquoi dois-je estimer?

Parce que nous recevons habituellement le relevé au 31 décembre seulement cinq ou six mois plus tard. Pathétique de même.

Toutefois, je peux considérer la valeur de mes droits qui était de 26 810 $ au 31 décembre 2020. Depuis, j’y ai cotisé 6 660,72 $ en 2021 et la valeur minimale de transfert est de 175 % des cotisations de l’employé. On peut donc considérer un 11 656,26 $ additionnel. Je ne compte même pas de rendement là-dedans, car apparemment que le rendement du fonds était à -0,8 % au troisième trimestre. Eh oui, assez décevant considérant les rendements exceptionnels sur les marchés en 2021.

Travel Hacking

Vous savez que je suis adepte de Travel Hacking et qu’adhérer à plusieurs cartes de crédit, ça ne me fait pas peur. Eh bien, voici la liste des (neuf!) cartes de crédit auxquels j’ai souscrit en 2021 dans le but de cumuler différents points-récompenses :

N’ayez pas d’inquiétude. Ma cote de crédit se porte bien (743 actuellement). 🙂

Donc, avec les bonus de souscription de chacune de ces cartes, j’ai clairement cumulé beaucoup de points, mais j’en ai aussi dépensé. En fait, j’estime avoir dépensé des points pour une valeur d’environ 750 $ en 2021. En contrepartie, j’ai dépensé 340 $ en frais annuels de cartes de crédit. C’est donc un profit net de 410 $, sans compter ce que je n’ai pas encore dépensé!

D’ailleurs, il me reste combien à dépenser? Dans les faits, j’ai terminé l’année avec les points-récompenses principaux suivants (avec la valeur approximative selon Milesopedia) :

On parle donc d’une valeur approximative totale de 4 860,69 $. Quand je dis que je suis prête à partir, c’est pas des blagues. 🙂

Blogue

Finalement, je voulais mentionner très humblement qu’en 2021, j’ai rédigé 30 articles pour ce blogue. Ces articles doivent être dignes d’intérêt, car j’ai eu 20 537 visiteurs en 2021! Ma page Facebook est également rendue à plus de 2 000 abonnés en date du jour! Sincèrement, la Trekkie que je suis ne pensait jamais rejoindre autant de gens. Merci du fond du cœur. 🙂

Par ailleurs, voici les cinq articles qui ont été les plus lus en 2021 :

  1. Comment optimiser ses cotisations REER
  2. Pourquoi je ne cotiserai plus à mon REER
  3. J’ai atteint Coast FI!
  4. Comment je planifie le décaissement
  5. Mon portefeuille de placements

Mes lecteurs ont clairement une préférence pour les articles plus pratico-pratiques. 🙂

Finalement, je gardais le plus croustillant pour la fin. Tenir un blogue, c’est payant? À vous de juger. 😉

Voici donc les différents revenus que j’ai tirés de ce blogue, via les publicités (depuis juillet seulement) et via différents liens ou codes de référencement :

On parle donc d’un revenu total de 1 216,50 $

Ça peut paraitre bien peu considérant les heures de travail mis pour tenir un blogue, mais personnellement, je ne m’attendais jamais à rien. Ce fut donc une bien belle surprise pour moi d’en faire le cumulatif. 🙂

Également, je suis heureuse de constater qu’autant de gens ont utilisé mon code de référencement Fizz (N5MMB). En plus de m’aider à payer mon forfait mobile en entier, ça permet à d’autres personnes d’économiser grâce aux généreux bonus et au forfait à petit prix. Après tout, on va se le dire : les forfaits de télécom au Canada, c’est pas donné.

Mon chiffre magique

Comme j’avais mentionné dans mon bilan annuel de 2020, je visais la liberté financière en accumulant 382 500 $ en placements qui me généreraient 15 300 $ de revenus passifs, et ce, selon la règle du 4 %.

Voyons voir ou je me situe par rapport à mon objectif?

Comme mentionné plus tôt, j’ai terminé l’année avec un portefeuille 179 500 $. À cela, j’ajoute la valeur approximative de mon RRPD de 38 500 $. Je peux donc dire que mon fond de liberté s’élevait à 218 000 $ en date du 31 décembre 2021. Donc, je suis environ à 57 % de mon objectif.

À titre de comparaison, j’avais 125 500 $ en placements personnel et 26 000 $ dans mon RRPD, pour un total de 151 500 $ en date du 31 décembre 2020. On parle donc d’une augmentation de 66 500 $ (ou 43 %) en douze mois! C’est pas rien. 🙂

Maintenant, soyons réalistes. Je dois ajuster mon objectif en fonction de l’inflation (qui a été assez impressionnante en 2021). Ainsi, j’ajoute un 5 % à mon objectif (eh oui) et j’obtiens environ 16 065 $ en dépenses annuelles ou un chiffre magique de 401 625 $ en dollars de 2022. 🙂

Avec ce nouveau chiffre, je suis plutôt à 54 % de mon objectif.

Bien sûr, si ma transaction immobilière pour un cinq logements se concrétise bien en février, toute la stratégie en lien avec la règle du 4 % et le futur décaissement sera à revoir. À suivre. 🙂

Conclusion

J’espère que vous aurez trouvé ce bilan annuel intéressant! C’est particulièrement motivant de voir tout le chemin parcouru en seulement douze mois. Je vous encourage sincèrement à faire l’exercice. C’est beau les tableaux Excel, mais je trouve que mettre le tout par écrit concrétise encore plus la chose.

Alors, que dois-je conclure de l’année 2021 après ce bilan annuel?

Quelle année!

Sérieusement, pas seulement pour moi. Les investisseurs ont vraiment été choyés par 2021. En contrepartie, avec l’inflation à des niveaux inquiétants, toute personne n’ayant aucun investissement perdra énormément de pouvoir d’achat. Je crois qu’il est important d’essayer d’éduquer le plus de personnes possible à ce sujet. Il peut être bien douloureux de regarder nos proches arriver de moins en moins chaque année (voire mois) parce qu’ils ne profitent pas des gains potentiels sur de l’argent investi.

En même temps, faut-il que ces personnes veuillent entendre raison.

En tout cas, personnellement, je suis on ne peut plus heureuse de mon année et des progrès que je fais sur tous les fronts.

J’espère que vous avez aussi de quoi être fier de votre année 2021. Autrement, 2022 est une nouvelle année ainsi qu’un excellent moment pour commencer à prendre vos choses en main.

Merci infiniment de me lire et à la prochaine!

Bilan de décembre 2021

Bonjour!

Comme probablement vous tous, mon mois de décembre a été un peu plus tranquille que prévu. Les nouvelles restrictions ont amené l’annulation de quelques événements. En contrepartie, je me suis beaucoup reposé! Je suis en vacances pour encore quelques jours et je me suis rarement sentie aussi reposée pendant le congé des fêtes que présentement. 🙂

Malgré quelques événements en moins, j’ai quand même fait quelques dépenses ici et là pour des cadeaux. Oh, et un peu d’alcool. Mais rien d’excessif. 😉

Côté financier, l’année s’est terminée en beauté pour mes chiffres. Vous en avez déjà eu un aperçu sur la page de ma valeur nette. Bien sûr, je vous donnerai plus de détails ci-bas. Ensuite, un bilan annuel suivra aussi sous, dans lequel j’aborderai mon épargne, mes dépenses, mes revenus, mes rendements, et plus encore, sur toute l’année 2021. Stay tuned!

Valeur nette au 31 décembre 2021

Actifs
Compte bancaire :
CELI :
CRI :
REER :
Crypto :
Maison :
23 903 $
70 149 $
51 581 $
25 996 $
7 839 $
40 000 $
Total d’actifs :219 468 $
Passifs
Hypothèque :
Marge de crédit :
Cartes de crédit :
39 333 $
0 $
0 $
Total de passifs :39 333 $
Valeur nette 180 135 $
Variation+ 5 548 $

Je termine donc le dernier mois de l’année avec une bonne augmentation de ma valeur nette. En fait, la variation mensuelle moyenne de ma valeur nette en 2021 a été de 5 194 $. Décembre était donc plutôt dans les normes!

Vous avez peut-être remarqué l’énorme quantité de cash que je détiens présentement. En effet, je n’ai pas eu le choix que de faire un retrait de mon CELI en prévision de la mise de fonds pour l’achat futur du quintuplex que j’ai déjà mentionné précédemment. Malgré qu’on risque de passer chez le notaire seulement à la fin février 2022, je tenais à récupérer mes cotisations CELI le plus rapidement possible.

En effet, lorsqu’on retire du CELI, on récupère les cotisations seulement l’année suivante! Alors en retirant une partie (20 000 $) en décembre, j’ai déjà récupéré ces cotisations maintenant en janvier 2022. À l’inverse, si j’avais tout retiré en février 2022, j’aurais eu à attendre jusqu’en janvier 2023 pour pouvoir utiliser ces cotisations. Hors de question! Quand on a le choix entre cotiser dans le CELI ou cotiser dans un non-enregistré, le choix est évident!

À cela s’ajoutent bien sûr les nouvelles cotisations pour 2022 de 6 000 $. Je devrais donc avoir suffisamment d’espace pour cotiser au CELI toute l’année sans tomber dans le non-enregistré (sans compter la crypto).

Ça me fait quand même un peu mal au cœur de retirer des sommes de mon CELI, mais au moins c’est pour une autre forme d’investissement! D’autant plus qu’une bonne partie des sommes que je retire provenait initialement de mon RAP pour l’achat de ma maison à l’automne. Au final, si le tout se concrétise vraiment, j’aurai fait deux achats immobiliers avec mon RAP. Ça, c’est mon genre d’optimisation.

Épargne

Ensuite, voici le détail de mon épargne de décembre sur chacune de mes rentrées d’argent :

  • 1 décembre : 1 200 $ sur 1 946 $ net
  • 15 décembre : 1 250 $ sur 1 946 $ net
  • 29 décembre :  1 000 $ sur 1 946 $ net
  • Total d’épargne : 3 450 $ sur 5 838 $ pour le mois de décembre ou 59 % d’épargne

Sur les 3 450 $ épargnés, j’ai fait une dernière cotisation de 1 000 $ au CELI et j’ai acheté pour 450 $ de cryptomonnaie en dehors d’un compte enregistré. Puis, une fois l’achat du bloc plus officiel, j’ai fait mon retrait du CELI, puis j’ai épargné 2 000 $ en argent comptant pour l’éventuelle mise de fonds.

Au final, je n’aurai jamais maximisé mes cotisations de CELI. En effet, j’ai fini l’année avec 300 $ encore à cotiser avant de faire mon retrait. J’y étais presque!

Ce mois-ci, l’épargne a été un peu gonflée parce que j’avais trois payes. Et avec ces dernières payes, j’ai fini de fracasser mon objectif d’épargne en terminant l’année avec une épargne totale de 29 525 $! Mon objectif pour la nouvelle année est maintenant de 33 000 $, ce qui revient en moyenne à 1270 $ par paye. Je devrai être très disciplinée. 😉

D’ailleurs, mon augmentation annuelle devrait aider la chose, mais celle-ci n’aura lieu qu’à partir d’avril 2022. Je ne sais pas encore elle sera de combien et j’ai bien hâte de voir ce qui sera offert, considérant que l’inflation aura atteint des sommets en 2021. Je ne m’attends malheureusement pas à grand chose au-dessus de 2 ou 3 %.

Bien sûr, je ne suis pas à plaindre après avoir augmenté mon salaire d’environ 20 % en 2021 après diverses promotions et négociations. 😉

Relevé de dépenses

DateMontantDescription
2021-12-0132,18 $One Drive
2021-12-0120,09 $Essence
2021-12-01100,25 $Épicerie
2021-12-01502,50 $Loyer
2021-12-0377,56 $Hypothèque
2021-12-0544,90 $Assurance automobile
2021-12-0539,96Assurance habitation
2021-12-08103,48 $Cadeau
2021-12-09162,16 $Meuble
2021-12-113,89 $McDonald's
2021-12-1313,79 $Cadeau
2021-12-1418,45 $SAQ
2021-12-1449,50 $Cadeau
2021-12-1451,81 $Épicerie
2021-12-1515,40 $SAQ
2021-12-1517,19 $Audible
2021-12-1528,69 $Essence
2021-12-1557,26 $Épicerie
2021-12-1533,33 $Pharmacie
2021-12-154,60 $Dollarama
2021-12-1617,22 $Mondou
2021-12-1777,56 $Hypothèque
2021-12-1710,00 $Frais mensuel American Express Cobalt
2021-12-1853,74 $UberEats
2021-12-2128,65 $Essence
2021-12-235,26 $McDonald's
2021-12-2813,80 $Épicerie
2021-12-2928,50 $Hydro-Québec
2021-12-2926,45 $Internet résidentiel
2021-12-3177,56 $Hypothèque
Total :1 715,73

Pour le mois de décembre, j’ai dépensé un total de 1 715,73 $, ou 20 588,76 $ annualisés. 

Il s’agissait donc d’un mois un peu au-dessus de ma moyenne visée, mais décembre demeure toujours un peu un mois d’exception. Comme mentionné plus haut, j’ai fait quelques achats pour des cadeaux de Noël et pour de l’alcool qui dépasse largement ma moyenne des autres mois.

On retrouve même un peu de restaurants, ce qui n’est vraiment pas dans mes habitudes. Au yable les dépenses! Sans blague, je tentais de profiter d’une promotion UberEats de American Express, mais ça n’a pas fonctionné à cause de certains détails techniques et j’ai donc dû tout payer de ma poche. Erreur du pitcher. Je me suis reprise une seconde fois, et ça a fonctionné. Du UberEats, c’est encore meilleur quand c’est gratuit! 🙂

Je me suis également acheté un matelas queen sur Amazon pour la maison. S’il ne m’est revenu qu’à 162 $, c’est grâce à beaucoup de points-récompenses de carte de crédit. Plus précisément, j’ai amassé des points Scène+ de Banque Scotia avec leur carte American Express Or. Eh oui, ça peut aussi servir à ça, des points-récompenses! 

Liste de lecture

Comme toujours, je vous présente ma liste de lecture :

C’était un mois un peu plus tranquille sur la lecture. Toutefois, j’ai un coup de cœur pour Fierce Conversations qui, il me semble, m’avait été recommandé par un abonné de ma page Facebook. Disons que certains trucs du livre sont très facilement applicables au quotidien et ont des résultats surprenants!

Sinon, pour la nouvelle année, outre des romans de Star Trek, j’ai envie de reprendre un peu de lecture financière. Si vous avez des recommandations pour moi, je suis tout ouïe! Car non, je ne les ai pas tous lus. Loin de là! 😉

En priorité sur ma liste de lecture, il y a bien sûr La facture amoureuse de Pierre-Yves McSween qui sortira à la fin du mois. Bien qu’il n’y ait aucun tabou sur l’argent entre M. Slap et moi, la lecture de ce livre s’annonce très intéressante et éducative.

Conclusion

Comme toujours, j’espère que vous avez passé un beau mois, voire une belle année, et je vous offre mes plus sincères souhaits de bonheur, de santé et de richesse pour l’année 2022.

Pour ma part, mon début d’année s’annonce plutôt mouvementé avec notamment l’achat du bloc. On entreprend aussi de vider mon logement et de répartir mes choses entre ma maison et chez M. Slap. Tout le surplus, bien que je possède peu de choses, devra être vendu. Bref, j’aurai clairement de quoi m’occuper! Dans le meilleur des mondes, nous aimerions pouvoir casser mon bail ou le céder bien avant le 30 juin 2022. Si c’est possible, ça représente quand même beaucoup d’argent de plus dans mes poches!

Alors voilà pour moi. Pour le moment, je continue à travailler mes tableaux Excel pour vous livrer sous peu un beau bilan annuel détaillé.

Au plaisir!

Objectifs 2022

Bonjour!

Tout d’abord, j’espère que vous passez un excellent temps des fêtes! Incroyable qu’on soit déjà rendu là. J’en profite personnellement avec une semaine de vacances bien méritée.

Certes, l’année 2021 n’est pas encore terminée, mais il faut bien commencer à se préparer pour la nouvelle année. J’espère d’ailleurs que 2021 a été un succès pour vous au niveau de vos objectifs. Je vais en fait profiter de cet article pour faire un petit retour sur les miens afin de voir ceux-ci ont été atteints.

De plus, pour continuer à avancer, et puisque je carbure aux objectifs, je vais dresser ma liste d’objectifs pour 2022. Majoritairement, il s’agit d’objectifs financiers, évidemment, mais j’adresserai aussi d’autres types d’objectifs tout aussi importants à mes yeux.

Il est primordial pour moi d’avoir un plan clair pour atteindre mon objectif d’indépendance financière. Après tout, if you fail to plan, you are planning to fail. De plus, un objectif de cette ampleur est beaucoup plus réaliste et accessible quand on y va par étape. N’est-ce pas?

Retour sur les objectifs 2021

Pour ceux qui me suivent depuis le début, vous savez que j’avais fait le même exercice l’an dernier. Alors voyons voir rapidement comment ça s’est passé!

Objectifs financiers

Commençons avec le meilleur. Côté épargne, c’est réglé et plus encore! En effet, comme l’indique la jauge dans le menu de gauche, je comptais épargner 25 000 $ en 2021. J’en suis, en date d’écriture de cet article, à 114 % de l’objectif, avec 28 525 $ d’épargne. Hourra!

Ensuite, je voulais m’attaquer à ma dette automobile en finissant de payer ma voiture, au plus tard en novembre 2021. Dans les faits, j’ai terminé de la payer en août. 🙂

J’avais aussi un objectif en lien avec l’immobilier avec l’achat de la maison de ma mère. Une autre chose faite en date du 27 octobre 2021!

Finalement, je souhaitais atteindre Half FI, soit une estimation à 191 250 $, (qui sera d’ailleurs à réviser avec l’explosion d’inflation). Malgré cela, en  considérant mon portefeuille de placements actuel et la valeur de mon régime de retraite, je suis environ à 217 000 $. C’est donc largement atteint! Un merci tout particulier aux rendements spectaculaires cette année!

Autres objectifs

Ensuite, je souhaitais avoir la chirurgie de correction de la vue en 2021. Je l’ai eue le 30 avril 2021 pour la modique somme, de ma poche, de 2 990 $. Check! Et je n’ai aucun regret.

J’avais aussi mon blogue en tête en établissant mes objectifs et je désirais continuer à publier mes bilans mensuels et le suivi de mes dépenses. À ce niveau, je n’ai pas manqué à l’appel! Et bien que je n’avais pas d’objectif précis de fréquence d’article, je suis heureuse de terminer l’année avec ce trentième article. Ça en fait des mots, ça. 🙂

Finalement, j’avais certains objectifs en lien avec les voyages. Je voulais tout essentiellement voyager, sans destination précise. Je suis donc bien satisfaite, malgré la pandémie et toutes les restrictions qui s’y rattachent, d’avoir pu passer 10 jours en Italie en septembre dernier. Je n’ai toutefois pas testé encore le House Sitting, comme je le souhaitais. Je reporte donc à 2022.

Côté Travel Hacking, j’avais franchi les 10 000 Air Miles souhaités, puis j’en ai dépensés pour des cadeaux. Je suis quand même pas loin du but avec 8 957 Air Miles actuellement! J’ai aussi cumulé plus d’Aeroplan (présentement 146 138) et de points-récompenses divers que je pensais. J’en suis bien contente et j’ai surtout très hâte de les utiliser.

Bref, vite comme ça, je ne pense pas avoir chômé en 2021. 🙂

Mes objectifs 2022

Alors, on continue sur cette belle lancée avec de nouveaux objectifs pour la nouvelle année.

Objectifs financiers

Côté épargne, si je veux vraiment me challenger un peu, je dois augmenter la cible de 2021 que j’ai d’ailleurs dépassé. Comme je n’ai maintenant plus de voiture à payer et que je gagne environ 20 % de plus que l’an dernier à pareille date, je peux clairement viser plus haut. J’y vais ainsi avec un objectif ambitieux de 33 000 $ (ou environ 1 270 $ par paye) à épargner en 2022. Ça représente environ un taux d’épargne de 65% sur mon salaire actuel. Bien sûr, la quasi-totalité de cette épargne sera investie, en majorité dans des FNB indiciels, sinon en cryptomonnaie et très possiblement en immobilier.

Parlant d’immobilier, j’ai encore un objectif à ce niveau. En fait, M. Slap et moi avons déjà une promesse d’achat acceptée sur un cinq logements. Rien n’est certain encore, car il reste le financement et l’inspection à régler. Toutefois, si tout se passe bien, nous passerons chez le notaire à la fin février 2022. Si ça ne fonctionne pas, il sera intéressant de garder l’œil ouvert pour d’autres opportunités. Bref, l’achat d’un bien immobilier locatif en 2022 serait un bien bel objectif.

Sinon, pour être en mesure d’atteindre mon objectif d’épargne mentionné ci-haut, je devrais nécessairement garder les dépenses sous contrôle. À ce niveau, je tenterai de ne pas dépenser plus de 20 000 $. Reste à voir si l’inflation me le permettra!

Autres objectifs

Sans toucher à mon revenu, je souhaiterais profiter d’un horaire différent à mon travail, de façon à avoir un peu plus de temps libre. Je suis assez chanceuse d’avoir un employeur flexible à ce niveau. Je vais donc faire une demande pour pouvoir condenser mes heures de travail pour avoir un congé toutes les deux semaines. En d’autres mots, de faire mes 70 heures de travail en 9 jours plutôt que 10. Cela me permettra d’avoir au moins l’impression de travailler moins, sans réduire mon salaire. Un jour, peut-être, réduirai-je simplement mes heures, mais ce n’est pas pour tout de suite. 😉

Ensuite, mes bilans mensuels attestent déjà de ma cadence de lecture et je tiens à la maintenir. Je vise donc de lire environ cinq livres par mois, pour un total de 60 livres en 2022. À moins d’un autre grand confinement, je ne crois pas réaliste d’en lire autant que les deux dernières années. Je termine 2021 avec 80 livres lus et j’en avais lu 120 en 2020, d’après mon suivi sur Goodreads. On s’entend que les confinements étaient très propices à la lecture. Sans ça, un objectif de 60 est assez réaliste pour moi.

Ensuite, j’enchaîne sur un volet plus axé sur la santé. Je fais déjà de l’exercice régulièrement depuis plusieurs années, mais j’aimerais établir une routine un peu plus claire. Sinon, c’est trop facile de reporter au lendemain! J’aimerais donc faire 30 minutes d’activités physiques, quatre fois par semaine, et autant que possible le matin. Il sera là le vrai challenge! Je suis plus du genre à lire tranquille avec mon café le matin, alors je vais devoir me botter le derrière un peu. Toutefois, il y a plein de bénéfices à faire de l’exercice le matin, alors je crois que ce sera vraiment un bon changement à ma routine!

Finalement, une catégorie toujours aussi hypothétique que l’an dernier : les voyages. Ce n’est pas les idées qui manquent! J’avais déjà dans la mire depuis quelques années d’aller à Disney World à Orlando en 2022. Comme la pandémie persiste, je n’ai aucune idée si la chose est réaliste. Aussi, je me répète, mais j’aimerais bien enfin aller à Hawaï avec ma sœur! La troisième tentative sera-t-elle la bonne? Finalement, avec mon amoureux, ma sœur et mon frère, on caresse l’idée d’aller voir un gros événement de la WWE aux États-Unis. Ça prend les bonnes circonstances pour que ça se fasse, alors heureusement qu’il y en a plus qu’un par année.

Alors bref, j’ai bien des projets potentiels, mais seul l’avenir me dira la faisabilité de la chose! Si j’arrive à partir au moins une fois en 2022, ce sera une victoire. 🙂

Êtes-vous prêt pour 2022?

Avec les dernières nouvelles et restrictions en lien avec la pandémie, on a un peu l’impression de vivre le jour de la marmotte de ce temps-là. Alors, je souhaite très sincèrement que 2022 soit une meilleure année. Je ne crache toutefois pas sur 2021 pour autant. Oui, la pandémie nous a lancé encore plusieurs balles courbes, mais je ne peux certainement pas me plaindre de ma situation.

En effet, j’en ai profité toute l’année pour épargner autant que possible, augmenter mon salaire, travailler sur moi, apprendre de nouvelles choses et vivre de nouvelles expériences. C’est sans compter que j’ai aussi fait la merveilleuse connaissance de M. Slap, avec qui la compatibilité a été instantanée! Ça ne peut qu’être positif d’avoir quelqu’un à ses côtés sur le chemin vers l’indépendance financière. 🙂

Ainsi, je suis bien reconnaissante pour la dernière année et tout ce que j’ai pu accomplir. Mes nouveaux objectifs pour 2022 me semblent imposants, mais réalistes. Surtout, ils me permettront de me rapprocher de mon but. Alors, on continue le bon travail!

Et vous, avez-vous atteint vos objectifs en 2021? Et surtout, avez-vous établi ceux de 2022? N’hésitez pas à m’en faire part.

Bilan de novembre 2021

Bonjour!

Le mois le plus plate de l’année est déjà derrière nous. 🙂

Par plate, je veux dire que les journées sont froides, courtes et grises.

Toutefois, ce n’était pas plate sur les marchés boursiers et de la cryptomonnaie. C’était plutôt rocambolesque, même! Heureusement, je m’en sors indemne, encore dans le positif de quelques milliers de dollars. Toutefois, même si j’étais dans le négatif, ce ne serait pas bien grave, puisque le résultat au long terme, lui, sera positif. 😉

Ce qui m’impressionne, c’est combien l’année a passé vite! Dire qu’on est déjà en décembre. Vous y croyez? On approche déjà du bilan annuel. J’ai peine à y croire.

Quand j’ai commencé ce blogue, je trouvais que la ligne d’arrivée de l’indépendance financière était bien loin devant. Me voilà pourtant plus d’un an plus tard à rédiger ce blogue et je me demande bien où le temps a bien pu filer. Incroyable! Pendant ce temps, chaque mois me rapproche de mon objectif.

Voyons donc les résultats à la fin de ce onzième mois.

Valeur nette au 30 novembre 2021

Actifs
Compte bancaire :
CELI :
CRI :
REER :
Crypto :
Maison :
1 055 $
90 211 $
50 557 $
25 495 $
7 495 $
40 000 $
Total d’actifs :214 813 $
Passifs
Hypothèque :
Marge de crédit :
Cartes de crédit :
39 473 $
500 $
253 $
Total de passifs :40 226 $
Valeur nette 174 587 $
Variation+ 4 918 $

Bien heureuse de continuer vers le haut. 🙂 

L’augmentation de ma valeur nette ce mois-ci s’explique majoritaire par mon CELI. En plus de mes cotisations, j’y détiens deux FNB de crypto, soit le BTCX et le ETHX sur lesquels j’ai pu prendre du profit aux derniers all time high pour ensuite racheter mon FNB habituel (ZGQ). J’ai bien fait, car la crypto semble maintenant (à nouveau) en chute libre. Quelle aventure. 🙂

Sinon, dans mon REER et CRI, auxquels je n’ai pas cotisé, j’ai fini avec quelques dollars en plus que le mois dernier. Bref, ça suit son cours, beau temps mauvais temps.

Épargne

Voici le détail de mon épargne de novembre sur chacune de mes rentrées d’argent :

  • 3 novembre : 1 200 $ sur 1 940 $ net
  • 17 novembre : 1 350 $ sur 1 940 $ net
  • Total d’épargne : 2 550 $ sur 3 880 $ pour le mois de novembre ou 66 % d’épargne

Sur les 2 550 $ épargnés, j’ai cotisé 2 450 $ à mon CELI et j’ai acheté pour 100 $ de cryptomonnaie en dehors d’un compte enregistré.

J’ai donc fait environ autant de rendement que de cotisations ce mois-ci. Pas mal pour un mois qui a terminé sur une mauvaise note!

J’ai un peu moins épargné que les mois précédents, mais ça demeure un excellent taux d’épargne. Tant que je me situe au-dessus de 50 %, ça demeure une victoire personnelle.

J’ai aussi acheté juste une petite quantité de crypto dans une position qui me permettait de réduire ma moyenne d’achat. Sinon, je préférais me concentrer sur le CELI afin d’enfin le maximiser. Il ne me reste plus que 300 $ à cotiser! Par la suite, il y aura un autre beau 6 000 $ à cotiser dès le 1er janvier. 

Comme la crypto semble à nouveau tirer de l’aile, il est bien possible que je reprenne le dollar cost averaging prochainement. Difficile de dire non quand c’est en solde. 😉

Sinon, j’étais bien heureuse de dépasser en avance mon objectif d’épargne de l’année de 25 000 $. Il semble que je vais devoir viser plus haut en 2022!

Relevé de dépenses

DateMontantDescription
2021-11-01502,50 $Loyer
2021-11-0170,05 $Amazon
2021-11-04104,18 $Épicerie
2021-11-0435,19 $Essence
2021-11-0544,90 $Assurance automobile
2021-11-0539,96 $Assurance habitation
2021-11-0528,67 $Hypothèque
2021-11-138,49 $Épicerie
2021-11-137,70 $SAQ
2021-11-142,70 $Starbucks
2021-11-1599,98 $Mondou
2021-11-1650,00 $Épicerie
2021-11-1819,85 $Essence
2021-11-1870,78 $Épicerie
2021-11-1977,56 $Hypothèque
2021-11-1943,80 $Home Dépôt
2021-11-2013,64 $Cinéma
2021-11-2027,27 $NSPW
2021-11-2031,75 $Amazon
2021-11-22100,00 $Changement d'huile
2021-11-2728,50 $Hydro Québec
2021-11-2715,00 $Essence
2021-11-283,44 $Mondou
2021-11-2926,45 $Internet résidentiel
2021-11-2991,86 $Amazon
Total :1 544,22 $

Pour le mois de novembre, j’ai dépensé un total de 1 544,22 $, ou 18 530,64 $ annualisés. 

Je me situe dans mes moyennes de dépenses ce mois-ci. Le mois de décembre risque de me rattraper dans le détour avec quelques cadeaux de Noël par contre! 🙂

Je constate quand même avoir un peu dépassé mon budget habituel d’épicerie ce mois-ci. Cela s’explique par le fait que je commence à emménager chez M. Slap et que je dois me stocker un peu en aliments et ingrédients cétogènes.

J’ai aussi dû faire l’inévitable changement d’huile sur ma voiture. Même sans prêt automobile, on continue de payer quelque part. C’est quand même un moindre mal comparativement aux paiements que je faisais sur mon prêt.

On a aussi fait de petits travaux à la maison. Je ressens déjà les joies d’être propriétaire! 😉

Liste de lecture

Comme toujours, je vous présente ma liste de lecture :

Fidèle à moi-même, je continue  ma lecture de la série de romans de Star Trek Voyager.

Je voulais d’ailleurs pour partager un extrait du dernier roman que j’ai lu. Pour vous mettre en contexte, vous comprendrez que dans l’univers de Star Trek, plus précisément au 23e siècle dans ce livre, l’humain (et la majorité de la Fédération) n’emploie plus de système monétaire.

Ainsi, quand les humains font connaissance avec d’autres espèces qui, elles, en font l’usage, il peut survenir certaines incompréhensions. Voici un exemple :

«But that’s all well above your pay grade, right?» the general asked.

Kim smiled. «We don’t get paid.»

The general’s face fell. «Beg pardon?»

«When we interact with cultures that utilize currency for exchange of goods or services, we are issued whatever is appropriate to fulfill our missions. We receive no compensation for our duties beyond that. All of our day-to-day needs are met.«

«By whom?»

«By the Federation as a whole,» Kim replied. «Long ago, many of our member worlds had economic systems similar to yours. Some still retain vestiges of them. Everyone within the Federation has access to all the basic necessities, and anything beyond that they desire, there are ways to acquire.»

«If you don’t work to acquire life’s necessities, why do you work?» the general asked.

«There are a lot of hours to fill in a day,» Kim replied. «We do what interests us, what our skills make us fit to do. We serve out fellows and are served in return. We rise in rank, or status, not by what we have acquired but by skills we have mastered and our personal accomplishments.»

The general absorbed this quietly. Finally, he shook his head. «I can’t imagine it. But if you have everything you need, and are free to spend days doing whatever you wish, what are you doing here?»

«Exploring,» Kim replied.

«To what end? You don’t need us. You don’t need our resources, our people, or our territory. Why risk your lives just to satisfy your curiosity?»

«What else is there?» Kim asked.

«Home, safety, security, good food, the companionship of wise men and willing women, and that’s just off the top of my head», the general replied.

Kim smiled in spite of himself. «I have all that and I still get to spend each day learning new things.«

J’ai trouvé ce passage particulièrement intéressant. À mon avis, ça représente bien ce que nous visons avec l’indépendance financière. C’est-à-dire, que tous nos besoins essentiels soient remplis sans avoir la nécessité de travailler. Au final, si on décide de s’occuper d’une quelconque façon, parce qu’il y a beaucoup d’heures à remplir dans une journée, c’est dans le but de satisfaire notre curiosité, d’apprendre et de se rendre utile.

Bref, ça m’a interpellé comme passage. 🖖

Conclusion

Alors, somme toute, un mois bien banal. Et puis, coup de théâtre à la toute fin du mois! M. Slap et moi avons visité un quintuplex sur lequel nous avons fait une promesse d’achat. Celle-ci a été acceptée! Maintenant, il ne reste plus qu’à voir l’inspection et le financement avant que le tout soit officialisé chez le notaire. Il semblerait qu’il y aura plus d’immobilier dans mon bilan financier en 2022. 🙂

L’immeuble en question est situé dans le même petit village que ma maison. On parle donc d’une somme assez modeste pour un cinq logements. Les chiffres en détail feront sûrement l’objet d’un autre article, si jamais ça vous intéresse. Je vous donne plus de détails dans les prochains mois si le tout se concrétise.

Sinon, j’espère que vos finances se portent bien, que vos objectifs sont en bonne voie d’être atteints, et que nous aurons tous un excellent mois de décembre. On le mérite bien.

Au plaisir!

Les détails de ma transaction immobilière

Bonjour!

Vous connaissez déjà la grande nouvelle. J’en avais même déjà parlé comme objectif hypothétique pour 2021. Eh oui, il y a un gros changement à mon bilan financier avec l’achat récent avec ma sœur de la maison de notre mère! Il est même plus juste de dire la maison familiale, dans laquelle j’ai grandi une majorité de mon enfance.

Il s’agit en fait d’un achat stratégique dans le but de me loger à peu de frais une fois que j’aurai atteint l’indépendance financière. L’arbitrage géographique, ça ne s’applique même au Québec! Alors voilà une étape de franchie vers l’atteinte de mes objectifs!

Et comme toujours, j’aime vous donner l’heure juste sur les chiffres! Une transaction immobilière, peu importe la taille, ce n’est pas rien!

Les curieux seront satisfaits. 🙂

Le prix

Alors tout d’abord, commençons par le commencement. Je parle bien sûr du prix!

Le prix pourrait surprendre, mais il faut prendre en considérant qu’il s’agit d’une maison en région qui a quand même besoin d’amour. En effet, nous nous sommes entendus sur la modique somme de 80 000 $. Oui, oui, total! On peut donc dire 40 000 $ chaque, comme je l’ai acheté avec ma sœur.

Dans les faits, ma mère et mon défunt père l’avaient acheté pour 50 000 $ en 2000. La dernière évaluation municipale est de 70 761 $. On parle donc d’à peine 2% par année d’augmentation, soit environ l’inflation.  Toutefois, considérant le marché immobilier en surchauffe actuellement, je jugeais raisonnable d’offrir plus.

Et en toute honnêteté, je voulais payer bien plus, mais ma mère a négocié à la baisse. Moi qui ne voulais pas qu’elle nous fasse de faveur!

La mise de fonds

Maintenant, vous vous demandez peut-être combien nous avons décidé de mettre comme mise de fonds.

Dans les faits, ma sœur et moi aurions été en mesure de l’acheter comptant cette maison. Toutefois, c’est hors de question avec les taux d’intérêt actuels! Il faut profiter de l’effet de levier et par le fait même garder notre argent bien investi! Le coût de renonciation serait trop grand sur cette somme. Ainsi, l’hypothèque était de mise.

Bien sûr, le coût de renonciation s’applique aussi sur la mise de fonds. Plus elle est grosse, plus on renonce à du rendement en bourse (car je sais très bien qu’une maison en région n’appréciera pas au même rythme).

Ainsi, nous avons opté pour le minimum de mise de fonds, soit 5 %. Nous avions donc seulement 2 000 $ chaque à mettre en mise de fonds. Bien sûr, comme c’était en bas de 20 %, la SCHL (3 040 $) s’ajoutait au montant du prêt.

Nous avons toutes deux opté pour le RAP pour payer ladite mise de fonds, et plus encore.

Les frais de clôture

Bien sûr, l’achat d’une maison ne se résume pas simplement au prix de la maison.

Pour officialiser la chose, nous avons dû passer chez le notaire. Comme ceux-ci sont bien occupés ces temps-ci, ils se permettent de charger le plein prix. Ainsi, même en région, ça nous a couté la coquette somme de 1 565 $.

Par la suite, nous devions aussi payer la taxe de la SCHL de 273,60 $.

Nous avions également les taxes municipales à payer au prorata, mais nous avions convenu que notre mère continuait de les payer, à défaut de nous payer un loyer. Ainsi, elle nous a remboursé la somme par la suite.

Sinon, acheter la maison d’un parent permet l’exemption de la taxe de bienvenue. De plus, ça aurait été un peu excessif de faire inspecter la maison. Après tout, je connais déjà pas mal tous ses petits bobos et je ne compte pas actionner ma mère si un imprévu survient. On a donc économisé de ce côté également. Pour le certificat de localisation, c’était la responsabilité du vendeur.

Ainsi, le total des frais de clôture nous est revenu à 1 853,60 $, soit 926,80 $ chaque.

L’hypothèque

Alors, après tout ça, j’ai maintenant une hypothèque! Celle-ci s’élève à 79 040 $. Vous pouvez constater combien la mise de fonds parait à peine, une fois la SCHL ajoutée!

J’ai décidé de financer avec Tangerine puisque c’est déjà ma banque principale. J’aurais pu magasiner un peu plus, mais il m’arrive aussi, parfois, d’être paresseuse. 😉

Tout de même, je suis satisfaite d’avoir obtenu un taux d’intérêt fixe à 2,04 % pour quatre ans. L’amortissement est sur 25 ans, bien que je ne sois toujours pas fixée sur la durée réelle souhaitée. J’y reviendrai.

Les paiements reviennent ainsi à 155,11 $ par deux semaines. Ma part s’élève donc à 77,56 $ par deux semaines, ou 2 016,56 $ par année.

Je tiens à ajouter que j’aime particulièrement la possibilité qu’offre Tangerine de faire des paiements forfaitaires anticipés jusqu’à 25 % du capital (19 760 $) par an. Ça ajoute pas mal de flexibilité!

Les frais afférents

Bien sûr, posséder une maison, ce n’est pas que la mise de fonds et des paiements hypothécaires. Il y a une panoplie d’autres factures à régler! Pour le moment, l’entente avec ma mère, qui continuera d’y vivre, c’est qu’elle continue de payer la majorité des factures qu’elle payait déjà. Ainsi, tout ce qui est taxes municipales, taxes scolaires, Hydro-Québec, le déneigement, et j’en passe, seront à sa charge.

Nous réévaluerons pour les prochaines années, mais c’est ce que nous avons convenu pour le moment, surtout que nous sommes toujours « en ville » à temps plein pour le moment.

Le pourquoi

Alors, pourquoi avoir fait un tel achat?

En fait, je trouvais qu’il s’agissait d’un achat gagnant-gagnant. Dans l’échafaudage de mon plan vers d’indépendance financière sur un budget frugal, je savais que me loger serait le nerf de la guerre. Alors, si je parviens à me loger à faible coût, je prenais une longueur d’avance.

Dans les faits, je suis locataire depuis que j’ai quitté le nid familial à 17 ans et je n’envisageais pas vraiment acheter une maison unifamiliale. Après tout, il s’agit rarement de la meilleure décision financière. Toutefois, le coût de cette maison changeait la donne. Mon appartement me coûte présentement environ 6000 $/an, et ce, largement grâce au fait que j’y demeure depuis cinq ans. Je sais très bien que j’aurais de la difficulté à avoir un tel prix ailleurs pour quelque chose d’équivalent dans le marché actuel.

Au moins, avec la maison, hypothèque payée ou pas, je pourrai contrôler les dépenses d’habitation.

De plus, je savais que ma mère cherchait éventuellement à vendre la maison, mais qu’elle souhaitait autant que possible que ça reste dans la famille. Mon frère n’ayant certainement pas les moyens de s’acheter… quoique ce soit, ma sœur et moi avons décidé de saisir l’occasion.

Ainsi, on garde la maison dans la famille et ma mère récolte 80 000 $ pour sa retraite à venir. Par le fait même, je m’assure un logement à peu de frais dans mon village natal où se trouve la majorité de ma famille!

C’est sans oublier l’opportunité incroyable que le RAP m’offrait. J’ai pu sortir 35 000 $ de mes REER pour en injecter environ 32 000 $ dans mon CELI! J’approche ainsi à grands pas d’avoir maximisé mes cotisations, chose qui n’aurait pas été possible avant 2023 sans le RAP. Afin d’éviter un trop gros passif fiscal plus tard, je préfère de loin avoir un gros CELI, qu’un gros REER. 🙂

Finalement, ça m’a permis de sortir mes REER des fonds de travailleurs FTQ et Fondaction (environ 20 000 $) qui sont, il faut se le dire, vraiment pas FIRE friendly. J’aurai à rembourser les crédits d’impôt (j’estime plus ou moins 400 $ par année), mais ça me semble un moindre mal pour pouvoir gérer cet argent moi-même et la sortir quand je veux plus tard!

Le dilemme

Et bien sûr, je me retrouve devant le dilemme classique.

Je paye rapidement l’hypothèque, ou pas?

D’un côté, si l’hypothèque est réglée, mes dépenses fixes chutent et l’indépendance financière pourrait être possible avec un FIRE number plus bas. Il y a aussi la satisfaction purement émotive de ne plus avoir de dette.

De l’autre, si j’étire l’hypothèque le plus longtemps possible, j’investis plus et j’atteins mes objectifs peut-être plus rapidement.

Alors, je traine la dette hypothécaire une fois FIRE, ou pas?

Aucune idée encore.

Une chose est certaine, les taux d’intérêt seront un gros facteur pouvant influencer la décision après le premier terme. On s’en reparle donc en 2025! Entre-temps, si l’envie me prend, je peux mettre jusqu’à 25 % en capital sur l’hypothèque par an. 😉

J’ai encore le temps d’y penser

Pour le moment, j’ai encore mon logement en ville au plus tard jusqu’au 30 juin. D’ici là, je vais « minimaliser » mes choses autant que possible (et ça l’est déjà pas mal), puis départager tout ça entre ma maison et chez M. Slap. Ultimement, je vais pas mal plus vivre chez M. Slap qu’autre chose, mais je partagerai mon temps à la maison également. C’est la beauté du télétravail! D’ailleurs, M. Slap peut en faire aussi depuis tout récemment, alors il peut aussi venir travailler dans ma maison. 🙂

Bref, j’ai encore plein de choses à penser et à régler, mais j’ai également en masse de temps pour le faire. J’ai quand même hâte de jongler avec deux résidences, plutôt que trois! J’ai aussi très hâte de ne plus avoir à payer de loyer. À compter de juillet 2022, mes dépenses fixes vont encore une fois diminuer. Nécessairement, c’est une bonne nouvelle pour le taux d’épargne!

Alors voilà, pour les détails sur l’achat de ma maison! Si j’ai oublié certains éléments importants, n’hésitez pas à me le demander en laissant un commentaire! J’aimerais aussi savoir si l’arbitrage géographique fait partie de vos plans.

À la prochaine!

Bilan d’octobre 2021

Bonjour!

J’espère que vous vous portez bien et que le mois d’octobre a été prospère pour vous.

De mon côté, tout se passe bien dans mes nouvelles fonctions au travail. Il y a même eu quelques périodes mortes, ce qui fait bizarre quand on est habitué d’être débordé!

Également, l’achat de la maison de ma mère a maintenant été officialisé le 27 octobre. Eh oui, je suis maintenant propriétaire (avec ma sœur)! Ça ne change rien dans mon quotidien pour l’instant, car j’ai encore mon logement en ville, sans compter tout le temps que je passe chez M. Slap. Ma mère, quant à elle, va continuer de vivre dans la maison et plutôt que de nous payer un loyer, elle continuera de payer les mêmes factures qu’elle payait déjà. Nous payerons donc uniquement l’hypothèque pour le moment.

De plus, on a quelques petites dépenses à prévoir pour la maison prochainement, telles que changer le chauffe-eau âgé de 21 ans, avant qu’il ne rende l’âme. Mieux vaut prévenir que guérir. 

Maintenant, voyons l’impact de ces changements sur ma valeur nette en octobre!

Valeur nette au 31 octobre 2021

Actifs
Compte bancaire :
CELI :
CRI :
REER :
Crypto :
Maison :
1 123 $
84 776 $
50 506 $
25 473 $
7 613 $
40 000 $
Total d’actifs :209 491 $
Passifs
Hypothèque :
Marge de crédit :
Cartes de crédit :
39 520 $
0 $
302 $
Total de passifs :39 822 $
Valeur nette 169 669 $
Variation+ 11 436 $

Oh là là, je ne m’attendais pas à une augmentation dans les cinq chiffres aussi tôt que ça! Il faut dire que la crypto a monté en flèche. Les prochaines semaines s’annoncent assez rocambolesques d’ailleurs, si le cycle présent ressemble aux précédents. Tant que ça se situe à des valeurs sommets, je ne pense pas en acheter davantage. Évitons de « FOMO ». 😉

Je risque plutôt d’en vendre, surtout dans mon CELI à l’abri de l’impôt. C’est d’ailleurs ce qui a autant fait gonfler mon CELI ce mois-ci (+ 7266 $). En fait, je détiens présentement ZGQ à environ 90 %, BTCX à 5 % et ETHX à 5 %. Ma stratégie actuelle consiste à rééquilibrer vers ces cibles à certaines valeurs préalablement déterminées (c.-à-d. à chaque nouvelle tranche de 10 000 $ pour Bitcoin et à chaque nouvelle tranche de 1 000 $ pour Ethereum). Après tout, cette présente poussée redescendra certainement un jour et je ne veux pas avoir fait du profit seulement sur papier. 

Il ne faut pas négliger cet aspect si avantageux des FNB de crypto! On peut prendre des bénéfices sans se soucier de l’impôt. Bien sûr, il ne faut pas non plus tomber dans le day trading, sinon l’ARC va venir mettre son nez dans notre CELI.

Sinon, bien sûr, on remarque l’ajout de la valeur de ma maison et l’hypothèque au bilan. Comme les deux sont pratiquement équivalents, après une mise de fonds à 5 % et la SCHL, ça change peu de choses sur le résultat final. Toutefois, je fais de nouveau partie du club des endettés. Mon absence aura été de courte durée! Bien sûr, je préfère de loin avoir un prêt hypothécaire, qu’un prêt automobile! 😉

Épargne

Voici le détail de mon épargne d’octobre sur chacune de mes rentrées d’argent :

  • 6 octobre : 1 750 $ sur 2 188 $ net
  • 20 octobre : 1 400 $ sur 1 948 $ net
  • Total d’épargne : 3 150 $ sur 4 136 $ pour le mois d’octobre ou 76 % d’épargne

Sur les 3 150 $ épargnés, j’ai cotisé 2 600 $ à mon CELI et j’ai acheté pour 550 $ de cryptomonnaie en dehors d’un compte enregistré.

Voilà encore un taux d’épargne explosif! 🙂

D’ailleurs, si on reprend le fameux tableau de Mr. Money Mustache, on peut prendre sa retraite après 7 ans avec un tel taux d’épargne, et ce, en partant de zéro. Et comme vous le savez, je ne pars pas de zéro. 🙂

Bien sûr, la première paye du mois a beaucoup aidé. Celle-ci était anormalement élevée, car j’ai changé d’entité chez mon employeur. Ainsi, ma paye de deux semaines était séparée en deux et les deux étaient imposées au plus bas taux. Pour une fois, la bureaucratie était à mon avantage. Hourra!

La deuxième paye est donc ma vraie nouvelle paye. On parle donc d’une augmentation nette de 110 $ par deux semaines. Ainsi, ça absorbera amplement ma part des nouveaux paiements hypothécaires.

À ce rythme, j’atteindrai très bientôt mon objectif d’épargne et je maximiserai mon CELI. Ça va mériter une bonne bouteille de vin, je crois bien!

Une fois le CELI plein, j’aurai très bientôt à ouvrir un compte non enregistré. Je songe en ouvrir un avec Interactive Brokers au lieu de Questrade, car leurs taux d’intérêt sur leurs marges semblent très compétitifs! Qu’en dites-vous? Y a-t-il des gens dans la salle qui ont un compte avec eux et qui peuvent me parler de leur expérience? Je suis tout ouïe. 🙂

Relevé de dépenses

DateMontantDescription
2021-10-0127,07 $NSPW
2021-10-0127,07 $Cadeau
2021-10-01502,50 $Loyer
2021-10-0230,02 $Essence
2021-10-0213,20 $SAQ
2021-10-0334,04 $Cadeau
2021-10-0544,90 $Assurance automobile
2021-10-0515,69 $Assurance habitation
2021-10-0535,00 $Comiccon de Québec
2021-10-0685,84 $Épicerie
2021-10-1017,06 $Épicerie
2021-10-114,00 $Cap-Tourmente
2021-10-1433,50 $Cadeau
2021-10-142,50 $Épicerie
2021-10-1447,04 $NSPW
2021-10-14926,80 $Frais de cloture
2021-10-1612,13 $Épicerie
2021-10-1928,40 $Essence
2021-10-2113,79 $Primeau Vélo
2021-10-2110,78 $Épicerie
2021-10-213,21 $Michael's
2021-10-2129,60 $Mondou
2021-10-2130,00 $Netflix
2021-10-22146,89 $WWE
2021-10-2240,84 $Cadeau
2021-10-2320,00 $Épicerie
2021-10-2515,88 $Assurance habitation
2021-10-2623,29 $Épicerie
2021-10-2612,86 $Essence
2021-10-2619,99 $Épicerie
2021-10-2712,14 $Épicerie
2021-10-2728,50 $Hydro Québec
2021-10-2888,49 $Canac
2021-10-2911,05 $SAQ
2021-10-2911,49 $Épicerie
2021-10-2926,45 $Internet résidentiel
2021-10-308,03 $Chico
2021-10-3112,00 $Stationnement
Total :2 452,44 $

Pour le mois d’octobre, j’ai dépensé un total de 2 452,44 $, ou 29 429,28 $ annualisés. 

À première vue, voilà de grosses dépenses! C’était à prévoir avec l’achat de la maison et les frais de clôture. Heureusement, ce n’était pas aussi élevé que ça aurait pu l’être. L’avantage d’acheter la maison d’un parent, c’est d’être exemptée de la taxe de bienvenue! Et puis, c’est pas comme si j’avais eu à la faire inspecter non plus.

Comme j’avais prévu ces coûts avec mon RAP, ça n’a pas eu d’impact sur ma capacité d’épargne ce mois-ci.

Sinon, j’ai eu un peu plus de dépenses pour les loisirs, tels que des billets pour la NSPW, la WWE, le Comiccon de Québec, et quelques cadeaux. En effet, plusieurs personnes de mon entourage sont nées en octobre et Noël approche à grands pas!

Je remarque que ça commence à paraître que je jongle actuellement entre trois lieux de résidence, soit mon appartement, la maison de mon amoureux et ma maison. Par exemple, mes visites à l’épicerie se font plus nombreuses pour de petites quantités, plutôt que d’y aller deux fois par mois faire une grosse épicerie. Heureusement, je m’en tiens toujours aux spéciaux sur ma liste, et j’arrive à garder la facture sous contrôle. 🙂

Liste de lecture

Bien sûr, fidèle à mes bonnes habitudes, j’ai fait quelques lectures en octobre. Voici donc la liste :

C’était encore assez léger comme lecture ce mois-ci!

Tout de même, j’ai pris le temps de relire Liberté 45, qui a aussi donné envie à M. Slap d’en faire la lecture. C’est bon pour le mindset. Et quelle ne fut pas ma surprise d’apprendre dernièrement que Pierre-Yves McSween sortira bientôt un nouveau livre intitulé La facture amoureuse. Je me ferai un plaisir de le lire à sa sortie. 🙂

Également, j’ai lu, ou plutôt écouté grâce à l’essai gratuit d’Audible, The Bitcoin Standard, après avoir lu la recommandation de l’Investisseur caféiné. C’est un livre très complet et très instructif sur cette cryptomonnaie et sur l’histoire du système monétaire en général.

Conclusion

Alors voilà : je ne peux qu’être satisfaite de ce bilan! J’espère que vous pouvez en dire autant du vôtre. 🙂

Un prochain article de ce blogue portera sur tous les chiffres derrière l’achat de ma maison. Vous savez combien j’aime la transparence. Les curieux seront satisfaits! Et vous pourrez constater combien je pourrai profiter de l’arbitrage géographique dans mes plans FIRE. 

Sinon, novembre s’annonce plutôt tranquille. C’est vraiment le train-train quotidien qui reprend, et ce, dans un mois habituellement assez morne. Heureusement, on peut se consoler en se disant qu’on a déjà beaucoup plus de liberté que l’an dernier. C’est déjà ça de gagné. 

Avez-vous des plans particuliers en novembre? N’hésitez pas à m’en faire part!

À la prochaine!

Un voyage (relativement) frugal en Italie

Bonjour!

Pour ceux qui avaient pris connaissance de mon bilan mensuel de septembre, vous êtes déjà au courant que j’ai fait un petit voyage en Italie pendant mes vacances! Plus précisément, j’ai partagé mon séjour entre Rome et Florence. On ne parle donc pas de la petite campagne, mais bien des villes assez touristiques!

Bien que j’aie dû faire les réservations à la dernière minute après l’annulation de mon voyage à Hawaï, je crois avoir réussi à voyager sans que ça me coute un bras et une jambe. En effet, ce voyage m’a couté un total de 2 222,21 $ pour dix jours passés en Italie. Je dois préciser que j’étais réellement partie pendant onze jours, puisque la première journée (et nuit) était entièrement occupée par les vols et connexions d’aller.

Voyons maintenant ce que comprend concrètement cette somme et quelles sont les stratégies que j’ai appliquées pour y parvenir, ainsi que ce que j’aurais pu faire de mieux encore.

Sachez que tous les chiffres que je partage représentent uniquement ma part des dépenses, une fois divisée avec ma sœur, lorsqu’applicable.

Total

Comme précédemment mentionné, le voyage m’a couté 2 222,21 $. Dans cette somme, j’inclus vraiment tous les frais en lien avec mon voyage, tel que les tests Covid, les achats de pharmacie de dernière minute, les cadeaux et souvenirs, etc.

Cette somme revient donc à un coût de 202,02 $ par jour.

Comprenons qu’à ce prix, je n’ai clairement pas fait un voyage packsac en auberge de jeunesse ou du couch surfing. Cependant, je n’ai pas couché au Ritz non plus. Je crois avoir fait certains choix judicieux qui m’ont permis d’atteindre un niveau de dépenses respectables pour un voyage dans des villes d’Europe où le coût de la vie est assez élevé!

Avant de décortiquer chaque catégorie, voyons sommairement comment les dépenses se répartissent entre elles :

Vu de cette façon, il est assez facile de voir où il y aurait eu matière à optimisation!

Vol

Commençons donc par le plus gros morceau, c’est-à-dire mon vol à 1 065,43 $ acheté une dizaine de jours avant le départ. Comme c’était une réservation de dernière minute, les prix étaient fort probablement gonflés, et j’en suis bien consciente.

L’option alternative aurait été d’utiliser mes points Aéroplan. Cela m’en aurait couté entre 65 000 et 70 000 points, en plus d’autour de 150 $ en taxes. Toutefois, il ne s’agit vraiment pas de la meilleure utilisation de ces points. Il est préférable de s’en servir en Amérique, ou on obtient une meilleure valorisation. J’ai donc préféré les garder pour une autre réservation dans le futur.

De plus, comme j’avais déjà reçu le remboursement de mon vol pour Hawaï à la fin août, ça ne me dérangeait pas d’utiliser cette somme pour payer le vol pour Rome en argent.

Ainsi, cette dépense représente 47,9 % de mon voyage. Ce n’est pas rien! Le vol à lui seul revient à une dépense quotidienne de 96,86 $. Comme quoi la meilleure façon de rentabiliser un vol, c’est de partir plus longtemps. 😉

Hébergement

Ensuite, parlons hébergement. Autant dans notre quotidien, qu’en voyage, il s’agit souvent d’un gros morceau du budget.

Comme j’ai déjà mentionné sur ce blogue, j’ai une grande préférence pour les Airbnb pour voyager. En plus d’être beaucoup plus abordable que l’hôtel, ça permet d’avoir accès à beaucoup plus de commodité comme une cuisine fonctionnelle, laveuse & sécheuse, etc.

Ainsi, ce fut notre choix pour l’hébergement en Italie. Après avoir réduit la facture de 457,39 $ grâce aux Points-Privilèges accumulés sur ma carte Cobalt American Express, ma sœur et moi avons déboursé 349,51 $ chaque pour un total de neuf nuits. Ça revient donc à 38,83 $ la nuit.

Il y aurait bien sûr eu des choix encore plus économiques, comme les auberges de jeunesse ou le house sitting. Toutefois, pour nos préférences et le court délai que nous avions, cela revenait la meilleure option pour nous. Je suis tout de même très satisfaite d’avoir au moins pu réduire la facture avec des points!

Cette dépense représente ainsi environ 15,7 % du coût total du voyage.

Nourriture

Par la suite, on retrouve les dépenses de nourritures en troisième position. Voilà un poste budgétaire sur lequel il est facile de perdre le contrôle, pour plusieurs!

Personnellement, je vais déjà très peu dans les restaurants au Québec, car je trouve les prix aberrants. En voyage, je me laisse tenter, car, bien sûr, ça fait partie de l’expérience! Toutefois, j’essaye de doser, et je fais des choix judicieux sur le menu.

Ainsi, j’ai été sept fois au restaurant sur les onze jours de voyage, pour un total de 172,59 $.

J’ai par contre arrêté à plusieurs reprises dans des Caffè pour un délicieux Espresso, pour un total de 18,87 $.

Finalement, nous avions bien sûr fait quelques achats d’épicerie (et d’alcool) pour manger (et boire) au logement, pour un total de 109,32 $.

Donc, on parle d’un grand total de 300,78 $ pour se nourrir et prendre un verre (ou deux) tout au long de notre voyage.

Si on met les choses en perspective : ça ne me coute rarement plus de 200 $ par mois d’épicerie, et je ne vais presque jamais au restaurant! Toutefois, dans un contexte de voyage, c’est tout de même respectable comme somme.

Ainsi, ce poste budgétaire représente 13,5 % de mes dépenses totales de voyage.

Tests Covid

À mon grand désarroi, la quatrième position appartient aux nombreux tests Covid obligatoires en temps de pandémie. Pour ceux qui ne le savent pas, ceux-ci peuvent s’avérer assez onéreux, puisqu’ils ne sont pas couverts par la RAMQ. C’est sans compter que j’ai dû passer quatre tests au total, dans le cadre de mon voyage. Nous en avons payé trois de notre poche. Le dernier était un test aléatoire au retour, heureusement pas à nos frais.

Au total, après avoir réduit la facture de 39,71 $ encore une fois grâce à ma carte Cobalt American Express, j’ai payé 211,76 $ pour trois tests.

Bref, c’est la réalité d’aujourd’hui pour voyager. Oui, on peut voyager. Mais ça a son prix. Je ne m’en plaindrai pas, puisque c’était mon choix de partir quand même. J’ai toutefois hâte que ce soit chose du passé. 🙂

De plus, si j’étais partie juste quelques semaines plus tôt, je n’aurais pas eu besoin de test pour entrer en Italie. Comme quoi les règles changent constamment et très rapidement.

Alors, les tests à eux seuls accaparent 9,5 % de mes dépenses de voyage. Incroyable!

Activités

Ensuite, on retrouve les activités, bien sûr! Rome et Florence sont des villes très touristiques qui regorgent de belles choses à voir et à visiter. Nous avons dû faire des choix judicieux, puisque leurs attraits sont majoritairement assez couteux.

Tout de même, nous avons pu visiter le Colisée, explorer les ruines du mont Palatin et du forum Romain, admirer les expositions des musées du Vatican et la magnifique chapèle Sistine, se promener dans les jardins de Boboli et contempler l’incroyable sculpture du David de Michel-Ange.

Pour tout ça, j’ai déboursé un total de 114,19 $.

Nous avons pu admirer plein d’autres choses époustouflantes sans que ce soit payant, tel que la Cathédrale Santa Maria del Fiore et son impressionnant dôme, la fontaine de Trévi, le panthéon, Piazza Navona, le parc des Cascine, Piazzale Michelangelo, l’Arc de Constantin, et j’en passe.

Bref, nous sommes revenus de voyage la tête pleine de beaux souvenirs sans que ça nous ait couté un bras.

En effet, ça ne représente que 5,1 % des dépenses totales!

Transport

J’avoue être assez fière de ce poste de dépenses. Initialement, pour Hawaï, je jugeais que la voiture de la location était un no brainer. Sur Big Island, le transport en commun n’est pas optimal et il y a beaucoup de surface à explorer. On se retrouvait donc avec des dépenses de transport qui s’annonçait assez élevé, puisque la voiture de location est rarement le choix le plus économique.

Pour l’Italie, c’était tout autre chose. Comme on faisait deux villes très touristiques, on a préféré opter pour le transport en commun qui est très bien développé. En effet, on a pu utiliser le métro, le bus, le tramway et le train. Bien sûr, quand les distances étaient raisonnables, on utilisait aussi nos pieds. On faisait facilement entre 15 000 et 20 000 pas dans une journée, tout de même! Pour le transport entre Rome et Florence, on a opté pour l’autobus. Un billet aller-retour à 25 euros, on aime ça!

Ça m’a donc couté un total de 82,98 $ pour me déplacer. Pas mal! Il s’agit donc d’un maigre 3,7 % du total.

Je n’ose même pas imaginer combien ça m’en aurait couté avec une voiture de location! Surtout que voiture rime avec coûts de stationnement et essence.

Cadeaux

Bien sûr, on ne peut pas aller dans un pays comme l’Italie sans rapporter quelques petits trucs pour nos proches! Bien que je ne sois pas du genre à acheter des babioles dans les petits kiosques touristiques, j’ai quand même fait quelques achats bien pensés pour faire plaisir à mon monde.

Ça représente un total de 79,73 $, ou 3,6 % des dépenses totales.

Autres

Finalement, j’ai rassemblé ici les quelques dépenses diverses qui n’avaient pas vraiment de catégorie à proprement parler. Ainsi, on y retrouve 11,50 $ pour avoir accès à 2 go de données en Italie avec Fizz. Seigneur, je me souviens d’une époque ou ça pouvait couter plus de 100 $! Ensuite, un maigre 6,33 $ pour quelques produits de pharmacie avant le départ.

C’est tout!

Eh non, pas de dépenses d’assurance voyage, puisque mon assurance collective et mes différentes cartes de crédit comblent amplement ce besoin. Je n’ai pas eu de frais de bagages non plus, car j’ai fait le choix de voyager léger avec un bagage à main seulement. On m’a fait un lift jusqu’à l’aéroport ainsi que pour le retour, alors pas de stationnement à payer non plus. 🙂

Alors pour une catégorie fourre-tout, c’est respectable, puisque ça ne représente que 0,8 % du voyage.

Dispendieux, ou pas?

Je me suis amusée à faire quelques calculs pour voir le coût annuel de vivre en Italie à partir de mes chiffres.

Si on reprend mon 2 222,21 $ de dépenses sur 11 jours, c’est 73 736,97 $ annualisé. Bien sûr, ce n’est pas vraiment représentatif, puisque le vol est inclus, et je ne prendrais pas nécessairement l’avion tous les onze jours. Alors si on enlève le vol, ça revient à 1 156,78 $ de dépenses totales, ou 38 384,06 $ annualisé.

Bien que ce soit bien plus de deux fois mes dépenses annuelles au Québec, c’est quand même bien moins pire qu’on pourrait penser pour de telles villes d’Europe! D’autant plus que ces chiffres ne sont aucunement optimisés, et ne profitent pas de l’économie d’échelle d’un voyage à plus long terme.

Je réalise donc qu’en appliquant de bonnes stratégies et en ayant de bonnes habitudes financières, il est possible de bien vivre un peu n’importe où, même dans des pays ou le coût de la vie est un peu plus élevé.

Vivement l’économie d’échelle

Quand on inclut le coût du billet d’avion, on remarque qu’il est difficile de voyager sur une courte période et d’avoir un coût journalier moyen décent. Après tout, le coût du vol représente pratiquement la moitié du coût total du voyage!

Toutefois, si j’étais partie un mois, le vol aurait couté relativement le même prix. On amortit donc la somme sur trente jours au lieu de onze. Ça revient nécessairement moins cher la journée!

De plus, les réservations de Airbnb long terme (trente jours et plus) offrent habituellement d’intéressant rabais. Cela peut revenir assez avantageux. Ce n’est vraiment pas à coup de réservation de 4-5 jours qu’on en profite.

Aussi, à voyager plus lentement et longtemps, on prend plus le temps de se faire une vraie épicerie et de se faire à manger au logement. On espace un peu plus les activités, puisqu’on à le temps de le faire. On sent moins le besoin de tout faire la même journée.

Bref, quand j’aurai plus de liberté, je suis persuadée que mes dépenses journalières en voyage seront revues à la baisse. Malheureusement, en étant toujours captive du 9 à 5, je dois me contenter des quelques semaines de vacances que j’ai à ma disposition pour voyager.

What’s next?

Vous le savez déjà. Hawaï est définitivement une de mes prochaines destinations.  Est-ce que ce sera mon prochain voyage? Le futur nous le dira. J’ai plein d’autres idées en tête et je choisirai en fonction des différentes circonstances du moment. Avec la pandémie, les différentes restrictions partout dans le monde et les différents niveaux de cas, ça fait beaucoup de choses à surveiller avant de choisir sa destination présentement.

Heureusement, ça commence à être prometteur pour les voyages futurs. En effet, le gouvernement fédéral a retiré très récemment l’avertissement d’éviter les voyages non essentiels qui étaient en vigueur depuis maintenant un an et demi. C’est sans oublier que les frontières terrestres américano-canadiennes rouvrent également très bientôt. Ça ouvre des possibilités!

Disons que le jour où le Canada cessera d’exiger un test PCR très onéreux au retour, il faudra m’attacher pour m’empêcher de partir. J’ai beaucoup de points et miles de voyage qui n’attendent que d’être dépensés! 🙂

Et vous? Avez-vous voyagé dernièrement malgré la pandémie? Ou bien attendez-vous le bon moment pour partir? N’hésitez pas à me partager vos destinations, ainsi que vos stratégies pour réduire les coûts!

Au plaisir.

L’art de se déresponsabiliser

J’ai lu un billet dernièrement.

L’auteur se défendait d’avoir pris du retard à épargner parce qu’elle avait commencé sa vie d’adulte avec 30 000 $ de dettes d’études. Dette qui, par ailleurs, lui a pris onze ans et demi à rembourser. Pour elle, à cause de cela, il n’y aura pas de liberté 45.

Eh bien.

Pourtant, pour ceux n’ayons pas lu ma page À propos, sachez que j’ai commencé ma « vie d’adulte » (soit autour de 22-23 ans) avec 40 000 $ de dettes, pour ensuite continuer de m’embourber jusqu’à 50 000 $. Cela ne m’empêche pourtant pas de maintenant viser ce qu’on pourrait appeler la « Liberté 35 ».

Tout comme cette personne, ma mère n’avait pas les moyens de payer mes études. Je n’ai pas eu droit aux bourses non plus. Comme je suis native de la région, j’ai du vivre en appartement dès l’âge de 17 ans pour avoir accès à de l’éducation post-secondaire. Bien sûr, j’ai travaillé pendant toutes mes études. Par la suite, j’ai fait des choix merdiques, comme acheter une voiture neuve en sortant de l’université, puis une autre.

Curieux.

J’ai maintenant 30 ans, et j’ai réglé mon prêt étudiant d’environ 15 000 $ en trois ans et demi, puis j’ai réglé mon second prêt automobile en moins de cinq ans. J’épargne maintenant plus de 50 % de mon revenu et j’investis à fond dans le but d’accomplir mon objectif. J’habite en colocation, j’achète mes vêtements dans des friperies, je vais rarement au restaurant et je calcule chaque cenne qui sort de mon compte.

Une question de choix

Tout d’abord, aller à l’université est un choix que nous sommes privilégiés d’avoir. D’autant plus que plusieurs programmes de niveau collégial permettent d’aller chercher de bons salaires, et ce, sans s’endetter au même niveau que l’université. Voilà un premier choix.

Ensuite, avoir 30 000 $ de dettes étudiantes au Québec, il y a déjà quelque chose qui cloche. C’est sûr que si on foire, qu’on manque ses cours et qu’on essaye plusieurs programmes sans avenir avant de finir par prendre ça au sérieux, la facture s’allonge. Mais ça, c’est encore une fois des choix qu’il faut assumer.

Bien qu’il s’agisse d’une dette élevée au Québec, rappelons-nous ça n’a rien à voir avec les dettes étudiantes du reste du Canada ou, encore pire, des États-Unis! On ne fait certainement pas pitié au Québec.

Ensuite, payer 30 000 $ de dettes étudiantes sur onze ans et demi, c’est environ 150 $ par mois. Ce n’est pas exactement life changing. Venir dire qu’une telle dette nous étrangle pendant qu’on gagne 16 $ de l’heure en sortant de l’université (autour de 2009 dans le cas de cette personne), c’est de l’exagération. Considérant que le salaire minimum était à 9 $ en 2009, je ne verserai pas de larmes.

Par la suite, cette personne s’est trouvé un travail au salaire « décent » et faisait 70 heures par semaine. C’est alors qu’elle commence seulement à respirer. Sérieux? Peu importe le salaire que tu fais, à 70 heures par semaine, si tu arrives juste even, tu as des changements à faire dans ton style de vie. C’est tellement facile de blâmer un seul facteur plutôt que de voir le portrait complet.

Ce n’est assurément pas la faute du prêt étudiant à lui seul.

C’est la faute de tout le monde, sauf la mienne

Les Québécois semblent avoir cette fameuse tendance de jeter le blâme sur tout un chacun, sauf sur eux-mêmes. Pourtant, il faut comprendre que des choix douteux, on en fait tous. Essayons donc de les assumer un petit peu.

À lire cette personne, le jeu de la vie est truqué. La seule façon de réussir à épargner, c’est de commencer la vie avec tous les meilleurs avantages et que les planètes sont tous alignées. Pourtant, si on comprend qu’il faut commencer par se payer en premier, avant de payer des luxes et des loisirs, presque n’importe qui peut y parvenir.

Si ce billet m’a autant dérangé (au point d’en rédiger un moi-même), c’est que la prémisse me rejoignait beaucoup. J’avais l’impression d’avoir écrit les premières lignes, tellement nos situations ont déjà été similaires.

Toutefois, la conclusion ne pourrait pas être plus différente de la mienne. Par son récit, la personne tente de convaincre que l’inégalité des chances existe bien. Certes. Mais ça ne fait pas foi de tout. À mes yeux, ça revient aussi simpliste que de dire qu’on est né pour un petit pain.

Malgré nos débuts de parcours similaires, et donc des « chances » que je considère plutôt égales, je m’en sors d’une tout autre manière. Alors, est-ce qu’on parle réellement d’une inégalité des chances?

Si vous voulez mon avis, cela ne fait que prouver qu’on fait notre propre chance. Une fois que j’ai réalisé à 26 ans combien j’étais dans un merdier financier par ma propre faute, j’ai fait certains choix et j’ai appliqué des changements pour reprendre le contrôle de ma vie. Choix et changements que j’applique encore à ce jour, malgré une valeur nette de plus de 150 000 $ et un salaire décent. Car je sais maintenant que c’est ces choix qui me permettront d’arriver à mon objectif.

Je fonçais droit dans un mur et je ne pouvais blâmer personne d’autre que moi. Il n’y avait personne d’autre que moi pour corriger la situation, aussi.

Mieux vaut prévenir que guérir

Bien sûr, pour ceux qui réalisent un peu sur le tard combien ils ont perdu un temps précieux, ça peut être frustrant. Toutefois, ça ne mène nulle part de trouver à qui revient la faute et de ressasser le passer. Il faut penser à ce qu’on peut faire maintenant et dans le futur pour rectifier dès que possible.

S’attarder sur combien on est chanceux ou malchanceux en comparaison avec les autres, ça ne changera rien. Il y aura toujours quelqu’un de plus ou moins chanceux que soit.

Finalement, je terminerai avec une leçon adressée aux parents. De grâce, éduquez vos enfants sur les finances personnelles.

Et cotisez donc à leur REEE.

Nous éviterons peut-être qu’ils publient ce genre de billet dans le futur.

Au plaisir. 😉

Bilan de septembre 2021

Bonjour!

Ça fait un bail.

En effet, il n’y a eu aucune publication depuis le bilan mensuel d’août! Cela s’explique par le simple fait que j’étais en vacances (et en voyage), et que je n’avais pas envie d’être pressée ou d’avoir d’obligations. Ça a été partiellement réussi… car voyager en temps de pandémie, ce n’est pas de tout repos. Heureusement que le jeu en vaut la chandelle! Car j’ai fait un très beau voyage de dernière minute et passé de très belles vacances en général. 🙂

Mon plan B de voyage, après l’annulation pour Hawaï, a été dix superbes jours en Italie! Y’a pire, quand même. Ce fut très différent de ce que je voulais faire initialement. Au lieu d’explorer lentement une île d’à peine 200 000 personnes, j’ai exploré, notamment, une des villes les plus populeuses et touristiques d’Europe, c’est-à-dire Rome! Disons que le plan initial de slow travel était difficile à appliquer! Il y a tant de choses à voir et à faire, mais on revient la tête pleine de belles images et de beaux souvenirs. 🙂

Suite à mon retour de vacances, j’ai finalement débuté mes nouvelles fonctions dans mon ancienne équipe. Les tâches ne sont réellement pas si différentes de celles que je faisais anciennement. Alors, c’est tout comme faire du vélo. Ça ne se perd pas! L’avantage, c’est que je ne passe pas par les premiers mois d’apprentissage insécurisant. J’ai déjà des dossiers à moi et je n’ai pas eu de difficulté à me mettre à la tâche.

Tout ça, pour un bien meilleur salaire que je faisais avant! En effet, à mon départ en février, je gagnais 71 184 $. J’en gagne maintenant 83 952 $. Définitivement un move payant!

Finalement, une petite mention pour ce blogue qui a maintenant soufflé sa première bougie! En effet, outre mon premier article d’introduction, un de mes premiers articles avait été le bilan mensuel de septembre 2020! Que le temps passe, c’est époustouflant. Il est encore plus époustouflant de constater qu’à l’époque, ma valeur nette était de 97 794,59 $

Maintenant, voyons voir où j’en suis un an plus tard. 🙂

Valeur nette au 30 septembre 2021

Actifs
Compte bancaire :
CELI :
CRI :
REER :
Non-enregistré :
2 670 $
77 510 $
48 702 $
24 546 $
4 805 $
Total d’actifs :158 233 $
Passifs
Marge de crédit :
Cartes de crédit :
0 $
0 $
Total de passifs :0 $
Valeur nette158 233 $
Variation- 8 285 $

Oh là là!

C’est définitivement une belle augmentation depuis le premier bilan mensuel du blogue. Toutefois, on note une forte baisse depuis celui du mois dernier!

Bien sûr, une augmentation de plus de 10 000 $ en août, ce n’était pas vraiment normal. Un semblant de correction était à prévoir, et même souhaitable. C’est la loi de la moyenne, après tout!

De plus, il ne faut pas oublier que j’ai un portefeuille très agressif, composé essentiellement d’actions et de cryptomonnaies. D’ailleurs, mon sang froid devant la tournure des marchés en septembre me confirme que ce type portefeuille me convient parfaitement.

Ai-je profité de la baisse pour acheter? You bet! En fait, j’ai été assez chanceuse pour avoir complété mon RAP en sortant environ 14 000 $ de mon REER chez Questrade. J’avais vendu les positions nécessaires à la fin août, pendant que tout était encore à des sommets, en prévision du retrait. Puis, j’ai injecté la majorité de cette somme dans mon CELI pour acheter bas, ici et là, tout le mois de septembre. Tsé, quand le timing est bon! Surtout qu’en temps normal, je n’ai jamais vraiment de liquidité pour acheter autrement que le lendemain de ma paye. Bref, je suis bien contente d’avoir pu profiter de ces aubaines. 

Maintenant, il ne reste qu’à voir à quoi ressemblera la fin de l’année! Si on continue dans le rouge, alors là, c’est vrai que je n’ai plus de liquidité. J’ai toutefois une marge de crédit personnelle qui pourrait être intéressante à utiliser, ne serait-ce que pour finalement maximiser mon CELI. Car, en date du jour, il me reste à peine 5 000 $ à cotiser. Sinon, bien sûr, je continuerai mes cotisations habituelles à chaque paye, beau temps, mauvais temps.

Malgré tout ça, je suis surprise de constater une augmentation moyenne de 4 492 $ par mois de ma valeur nette depuis le début de l’année. Bref, en cas de doute, zoom out. Malgré la baisse de ce mois-ci, je ne suis certainement pas à plaindre cette année!

Proportion du portefeuille

Comme mentionné précédemment, j’ai pu continuer de garnir mon CELI avec l’aide du RAP. Cela change donc bien des choses dans l’ensemble de mon portefeuille.

Donc, voyons voir à quoi ressemble maintenant la proportion qu’occupe mon CELI dans mon portefeuille, et ce, à travers le temps.

Dorénavant, presque 50 % de mon portefeuille est à l’abri de l’impôt dans mon CELI, dans le but de me fournir un futur revenu non imposable! Excellent! Je suis très heureuse d’avoir pu profiter du RAP de cette façon. 🙂

Épargne

Voici le détail de mon épargne de septembre sur chacune de mes rentrées d’argent :

  • 8 septembre : 1 450 $ sur 1 837 $ net
  • 22 septembre : 1 250 $ sur 1 837 $ net
  • Total d’épargne : 2 700 $ sur 3 674 $ pour le mois de septembre ou 73 % d’épargne

Sur les 2 700 $ épargnés, j’ai cotisé 2 200 $ à mon CELI et j’ai acheté pour 500 $ de cryptomonnaie en dehors d’un compte enregistré.

Alors là, ça, c’est du beau taux d’épargne! Enfin, j’apprécie pleinement de ne plus avoir de paiement de voiture. 🙂

On note ici que malgré 2 700 $ épargnés ce mois-ci, ma valeur nette a quand même fait un grand plongeon! Imaginez sans épargne! Pour plusieurs, ça peut sembler vraiment décourageant. On reçoit une paye, on investit, puis le jour suivant, l’encre rouge efface toute trace des derniers dollars investis. Toutefois, il faut garder en tête qu’on investit pour le long terme. Ces dollars investis aujourd’hui ont encore des décennies pour croître! Les fluctuations journalières, ce n’est que du vent!

Maintenant, j’ai hâte de voir mon épargne en octobre. Il sera possiblement un peu plus élevé, car mon nouveau salaire est maintenant effectif et j’en profiterai dès la prochaine paye en octobre. Hourra! Toutefois, une fois l’achat de la maison finalisée à la fin octobre, tout se rééquilibrera en novembre. 

Relevé de dépenses

Pour le mois de septembre, j’ai 3 195,15 $ de dépenses totales, ou 38 341,8 $ annualisés. J’ai choisi de ne pas faire de tableau détaillé de mes dépenses pour ce mois-ci, car il y en a juste trop. 😂

Bien évidemment, c’était un mois exceptionnel. Tout d’abord, parce que j’étais en vacances pour trois semaines. Ensuite, parce que j’ai passé dix jours en Italie. Comme il s’agissait ici d’un plan B de voyage, j’ai tout réservé peu de temps avant le voyage. Ça donne donc un gros mois. 🙂

Concrètement, j’ai dépensé 2 222,21 $ pour le voyage. Dans ce montant, j’inclus vraiment tout ce qui est en lien avec le voyage, tel que tous les achats de dernières minutes, ainsi que les (multiples et dispendieux) tests Covid. Le plus gros morceau demeure bien évidemment le vol, pour la coquette somme de 1 065,43 $. J’ai choisi de ne pas utiliser de points Aéroplan, malgré que j’en avais amplement, car je considérais que ce n’en était pas la meilleure utilisation. Plus de détails sur les dépenses de ce voyage seront disponibles dans un prochain article!

Alors, si on enlève le voyage, j’ai donc dépensé 972,94 $ le reste du temps (vingt jours) que j’étais au pays en septembre. Ça reste dans mes normes, même en vacances! 

Heureusement, bien que ce fût un gros mois de dépenses, beaucoup de celles-ci ont été absorbées par les nombreux crédits que j’avais accumulés sur mes cartes de crédit après avoir annulé mon voyage à Hawaï. Sinon, le reste des dépenses de voyage ont été absorbées quand j’ai finalisé mon RAP. Après avoir réalisé des gains en vendant mes positions, c’est tout comme si j’avais payé mon voyage avec du rendement. On aime ça! 🙂

Liste de lecture

Comme j’étais en vacances, j’en ai profité pour faire de la lecture un peu plus légère. Voici donc mes lectures du mois :

C’est quasiment gênant. Je vous rappelle que je suis, avant tout, une fan de Star Trek. 😉 

En fait, ça faisait longtemps que je voulais relire cette série de romans de Star Trek Voyager. Comme j’avais de nombreux temps d’attente pendant le voyage, je me suis laissé tenter. Cette relecture ne déçoit pas et je suis heureuse d’avoir encore plusieurs tomes devant moi. Bref, pour les fans, je recommande vivement!

Puis, vous le savez depuis le temps : j’adore lire! Je prends toujours le temps de lire, même quand la vie me semble aller à 100 km/h. Ainsi, c’était particulièrement agréable de prendre le temps de le faire en vacances et de savoir que, de toute façon, je n’avais rien de plus pressant à faire. 

Je compte reprendre des lectures un peu plus sérieuses sous peu avec une relecture de Liberté 45, ainsi que la lecture de The Rule of 30, qui sortira prochainement.

Bref, je n’étonnerai personne en affirmant que la lecture sera une de mes occupations principales, une fois sortie de la rat race. 😉

Conclusion

J’espère que les secousses sur les marchés n’ont pas trop gâché votre mois de septembre! Pour ma part, aucunement! J’ai pu profiter de mes vacances et de mon voyage, malgré toute cette encre rouge. Je surveillais de près, quand même. C’est plus fort que moi. Heureusement, ça n’a aucune influence sur mon humeur!

Pour octobre, on retombe dans un mois plus tranquille avec un retour au train-train quotidien. Le gros changement à prévoir sera l’achat officiel de la maison de ma mère à la fin du mois! Une fois tout cela complété, je pense écrire un article sur le processus et le détail des chiffres, pour ceux que ça intéresse. Sinon, je profiterai des beaux jours pour observer les couleurs d’automne et des moins beaux jours pour me remettre au tricot.

Et vous, comment s’annonce votre mois d’octobre? Peu importe vos plans, ne vous laissez surtout pas influencer par les humeurs des marchés cette journée-là. 😉

À la prochaine!

Bilan d’août 2021

Bonjour!

J’espère que vous avez passé un très beau (et certainement chaud) mois d’août! Pour ma part, ce fut le cas. J’ai profité du beau temps et j’ai passé du bons temps avec amis et famille. Que demander de plus? Oh, et j’ai soufflé mes trente bougies et je m’en porte très bien. Après tout, j’ai entendu dire que le meilleur reste à venir. 🙂

De plus, ce fut un mois rempli de changements sur le volet financier. J’avais d’ailleurs assez hâte de vous partager les détails! Essentiellement, les changements sont dus à l’achat de la maison de ma mère, tel que j’avais déjà mentionné dans mon dernier article. Bien que l’achat devrait se finaliser qu’en octobre, le processus est enclenché et l’initiation des démarches m’a permis de régler certaines choses.

Alors, voyons voir ces changements!

Valeur nette au 31 août 2021

Actifs
Compte bancaire :
CELI Questrade :
CRI Questrade :
REER Questrade :
REER FTQ :
REER Fondaction :
Non-enregistré :
1 759 $
68 670 $
50 545 $
39 650 $
0 $
0 $
4 856 $
Total d’actifs :165 319 $
Passifs
Marge de crédit :
Cartes de crédit :
0 $
- 1 199 $
Total de passifs :- 1 199 $
Valeur nette166 518 $
Variation+ 10 198 $

Tout d’abord, je ne peux passer sous silence les rendements absolument hallucinants du dernier mois. Il me semble que chaque jour, ou presque, se terminait dans le vert. On continue donc de se demander quand sera la prochaine correction. Mais entre temps, on apprécie les beaux résultats et on n’essaie surtout pas de timer le marché!

On peut en dire de même pour la crypto qui continue sa belle relance. Après avoir passé environ 2 mois dans le rouge sur toutes mes positions, je recommence à avoir du profit substantiel!

Ainsi, on parle d’une augmentation globale de ma valeur nette de 10 198 $. Wow! Une augmentation dans les 5 chiffres, on ne rit plus. 😉 

Actifs

Tout d’abord, on note quelques changements ici et là dans les actifs.

Premièrement, je n’ai plus de REER de fonds de travailleur (FTQ et Fondaction). Comment ça? Parce que je les ai utilisés pour le régime d’accession à la propriété (RAP). Comme les fonds de travailleur sont des REER très peu flexibles dans un contexte FIRE, je me suis dit qu’il s’agissait ici de la meilleure utilisation que je pouvais en faire.

Alors, avec le retrait de ces REER (totalisant environ 21 000 $), j’ai pu en investir la majorité dans mon CELI. Eh oui, il n’y a aucune obligation à utiliser le RAP en totalité pour la mise de fonds. Ceci amène donc un bon changement au niveau de la proportion qu’occupe mon CELI sur mon portefeuille total. Ainsi, voyons ici l’évolution de mes différents comptes dans le temps :

 

Juste le mois dernier, moi CELI représentait 30 % de mon portefeuille. Maintenant, il représente maintenant 40 %. J’adore!

Maintenant, il me reste environ 14 000 $ à recevoir de Questrade pour compléter le RAP jusqu’à son maximum, soit 35 000 $. De cette somme, je prendrai le minimum requis pour la mise de fonds et les frais de clôture pour la maison, puis le reste ira également dans mon CELI.

Au final, il devrait me rester à peine 9 000 $ de cotisations à faire avant que mon CELI soit maximisé. Ça ne devrait donc pas tarder. Sans cette manœuvre, j’avais estimé le maximiser qu’en 2023! Hourra!

Passifs

Il y a aussi quelques changements du côté passifs. Eh oui, j’ai cédé à la tentation avec le retrait de mes REER pour le RAP. J’ai donc fini de payer ma voiture et ma chirurgie de correction de la vue! Bon débarras! Cela libérera beaucoup de liquidité à l’avenir. 🙂

Sinon, j’ai beaucoup de crédits sur mes cartes de crédit dû à l’annulation récente de mon voyage à Hawaï. L’explosion de cas actuel là-bas m’a forcé la main. Toutefois, il y a plusieurs autres destinations où les cas sont un peu mieux sous contrôles et les mesures sanitaires moins sévères.

Ainsi, mon augmentation de valeur nette dans les 5 chiffres était un peu gonflée par tous ces remboursements récents. Tout de même, ça fait très joli comme résultat. 😉

Épargne

Voici le détail de mon épargne d’août sur chacune de mes rentrées d’argent :

  • 11 août : 575 $ sur 1 836,98 $ net
  • 25 août : 1 200 $ sur 1 836,99 $ net
  • Total d’épargne : 1 775 $ sur 3 673,97 $ pour le mois d’août ou 48 % d’épargne

Sur les 1 775 $ épargnés, j’ai cotisé 1 400 $ à mon CELI et j’ai acheté pour 375 $ de cryptomonnaie en dehors d’un compte enregistré.

Comme j’ai remboursé le solde complet de ma voiture le 17 août, il y a un monde de différence sur le taux d’épargne entre les deux payes du mois. Ça revient à 48 % en moyenne pour le mois, mais je peux m’attendre à 65 % et plus en moyenne pour les prochains mois!

De plus, bien que j’aurai une hypothèque à payer probablement à compter de novembre, les paiements seront entièrement absorbés par mon augmentation de salaire d’octobre. 🙂

Bref, ça regarde bien pour la fin de l’année!

Relevé de dépenses

DateMontantDescription
2021-08-0122,05 $Essence
2021-08-021,56 $Amazon
2021-08-035,74 $Pharmacie
2021-08-03100,28 $Épicerie
2021-08-03502,90 $Loyer
2021-08-0544,90 $Assurance automobile
2021-08-0515,69 $Assurance habitation
2021-08-056,19 $Épicerie
2021-08-0818,36 $Épicerie
2021-08-1039,18 $Essence
2021-08-1258,68 $Pharmacie
2021-08-1225,59 $Épicerie
2021-08-13403,85 $Prêt automobile
2021-08-1519,53 $Mondou
2021-08-1694,15 $Épicerie
2021-08-1717,01 $Pharmacie
2021-08-172 539,08 $Prêt automobile
2021-08-20148,08 $Helight
2021-08-2130,06 $Essence
2021-08-257,48 $Hydro Québec
2021-08-2868,99 $Abonnement Costco
2021-08-2980,03 $Épicerie
2021-08-2926,45 $Internet résidentiel
Total :4 275,43 $

Pour le mois d’août, j’ai 4 275,43 $ de dépenses totales, ou 51 305,10 $ annualisés. Si on oublie les remboursements de mon prêt automobile, ça revient à 1 332,50 $ ou 15 989,94 $ annualisés. 

Vite comme ça, ce fut un gros mois, considérant le remboursement total du solde de mon prêt automobile. Toutefois, sans ça, ce fut un mois assez frugal (même pour moi!). Comme quoi même si c’est l’été et qu’il fait beau, mes activités demeurent peu chères. Ça ne coûte presque rien, après tout, de profiter de l’extérieur en faisant de la randonnée, du vélo, ou de visiter ou recevoir des amis. Les (rares) jours de pluie, on peut toujours écouter Star Trek sur Netflix. 😉

En fait, il devait originalement y avoir plus de dépenses que ça, mais l’annulation de mon voyage a changé la donne. Ce n’est que partie remise en septembre avec de nouvelles réservations!

Liste de lecture

Le mois d’août fut un mois de lecture un peu plus légère. Voici ma liste de lecture d’août :

J’ai décidé de lire Un pas à la fois après avoir vu une conférence de Sébastien Sasseville organisé par mon employeur. Je l’avais trouvé vraiment inspirant et son livre ne déçoit pas. Ses aventures et exploits (traverser le Canada à la course, gravir Everest, etc.) font réfléchir à tout ce que nous pouvons accomplir nous-mêmes. Nous pouvons en tirer bien des leçons applicables à différentes sphères de la vie. Bref, je recommande. 🙂

Je me suis également permis une petite relecture de La retraite à 40 ans. Bien que la matière est bien assimilée depuis le temps, ça demeure excellent pour rester motivé.

La prochaine relecture sera probablement Liberté 45!

Conclusion

Alors voilà pour le mois d’août. On a déjà plus de mois de fait qu’il en reste à faire en 2021. C’est incroyable combien le temps passe vite. Toutefois, maintenant que je suis en vacances pour trois semaines, ça ne me dérangerait pas que le temps ralentisse un peu. 😉

Outre mon plan B de voyage, je vais profiter de mes vacances pour me pratiquer à être libre. Je suis tellement habituée de me faire des listes et de courir après la montre. Il sera important d’essayer de déprogrammer tout ça pendant les trois prochaines semaines. 😉

Et vous, comment s’annonce votre mois de septembre? Le retour au train-train quotidien, ou comme moi, vous avez des vacances tardives?

Dans tous les cas, on se souhaite du beau temps et un bon mois de septembre, les amis!